Le ratio dans un service de garde, facteur de qualité…

FacebookTwitterLinkedInPartager

Le ratio dans un service de garde, facteur de qualité…

 

Le CPE Des temps Sombres se questionne sur la capacité de garder les ressources qu’ils ont mises en place pour maintenir une qualité dans leur service de garde. En effet, la direction travaille à limiter les dégâts depuis l’annonce de différentes coupures dans les milieux. Le conseil d’administration reconnait que plusieurs caractéristiques sont importantes pour maintenir un service de garde de qualité dans les groupes tels que :

Un rapport adulte-enfants : Il est démontré que le respect des ratios dans les groupes en milieu garde favorise l’attachement plus étroit entre l’enfant et l’éducatrice, il est aussi observé que l’agressivité est moindre entre les enfants.

Des petits groupes : En petit groupe, les jeunes enfants parlent, collaborent et se comportent mieux qu’au sein d’un plus grand groupe.

Formation de l’éducatrice : Une éducatrice titulaire d’un diplôme collégial ou universitaire en petite enfance sait mieux répondre au réel besoin, sait animer des activités stimulantes en lien avec le développement de chacun des enfants. Elle reconnait aussi les défis rencontrés pour chaque tranche d’âge.

Une relation positive entre l’éducatrice et l’enfant : Le temps que passe l’éducatrice à répondre aux besoins des enfants assure une meilleure intégration dans le groupe. L’enfant est moins dans l’attente et développe davantage son langage et son intérêt pour le jeu.

Des espaces bien définis : Les enfants passent plus de temps à s’intéresser à leur environnement lorsque l’espace consacré au jeu est bien défini. Les relations entre eux sont plus positives et créatives. L’adulte peut encourager, stimuler et observer davantage son groupe.

Des programmes bien planifiés et structurés : Un programme adapté aux goûts et intérêts du groupe d’âge ne peut que permettre un développement cognitif, langagier et créatif. L’approche individuelle invite l’enfant à s’accomplir dans différentes tâches qui lui conviennent. Un programme qui n’est pas adapté au stade de développement ne fait qu’augmenter le niveau de stress chez l’enfant.

Engagement parent : Le temps que l’éducatrice prend à créer des liens de collaboration avec le parent dans le respect et la communication augmente le lien de confiance entre l’enfant et l’éducatrice.

À la lumière de ces caractéristiques, le rôle de l’éducatrice devient un soutien important pour enrichir les apprentissages de l’enfant. Accompagner, stimuler les expériences et les découvertes restent une priorité. Le ratio est la pierre angulaire de la qualité des services offerts. Comment peut-on y arriver avec les ratios présentement en vigueur au Québec et dans plusieurs autres provinces, soit une éducatrice pour huit enfants de 18 mois/4ans, une éducatrice pour dix enfants 4/5 ans et une éducatrice pour 5 poupons. Cette loi rend difficile l’implantation d’un programme basé sur l’apprentissage individualisé.

Plusieurs milieux respectent ce ratio, d’autres diminuent à sept le groupe18 mois. Ce qui permet à l’éducatrice d’être plus disponible et de mieux répondre aux besoins du tout-petit. La capacité d’attente du petit est très limitée, un ratio à sept dans le groupe des 18 mois augmente le temps de jeu du petit et réduit le niveau de frustration que peut générer l’attente. Il est aussi possible d’observer un lien d’attachement plus étroit et moins de stress avec un ratio réduit à quatre chez les poupons. Le ratio à dix avec les 4/5 ans n’est pas idéal, mais plus acceptable pour ce groupe d’âge. L’autonomie de l’enfant de cet âge permet à l’éducatrice de répondre à d’autres défis par exemple, la création de liens harmonieux entre les enfants. Il ne faut pas perdre de vue que la gestion des routines chez le jeune enfant demande à l’éducatrice du temps et de l’encadrement. La réduction des ratios dans les groupes plus jeunes aide dans ce sens.

Alors que d’autres milieux choisissent d’équilibrer les groupes selon le nombre d’enfants le matin. Par exemple, quatre enfants sont absents dans le groupe de 3 ans, les quatre enfants présents sont invités à rejoindre un autre groupe afin d’avoir un ratio respectable dans l’ensemble du service de garde. L’éducatrice titulaire de ce groupe est parfois invitée à retourner chez elle ou attitrée à d’autres tâches. Cette mesure limite les coûts, mais affecte grandement la qualité de la relation enfant/éducatrice qui est à la base du lien de sécurité.

Le CPE La Bottine Souriante avait déjà choisi de baisser à sept enfants le ratio des 18 mois et de respecter le ratio à 10 pour 4/5 ans. À l’annonce des coupures, le CPE doit augmenter à huit le groupe des 18 mois sachant très bien que le temps de qualité avec chacun des petits peut être affecté. Devant ce constat, l’éducatrice des petits propose des stratégies pour limiter le temps d’attente dans son groupe par exemple, accueillir une stagiaire, établir de l’entraide avec le groupe des 4/5 ans dans la routine de l’habillement, être aidé par la cuisinière à l’heure du dîner et des collations, disposer de la présence de la directrice dans certaines activités qui demandent plus de bras….

Il est toujours difficile d’apporter des changements dans une structure bien établie. Par contre, avec les changements proposés par ce nouveau gouvernement, il faut rester créatif et travailler à protéger nos enfants de ces décisions d’adultes. Conserver la qualité dans nos services est porteur pour le futur de nos tout-petits mais reste un défi de taille pour les gestionnaires….

 

Références :

Conseil canadien sur l’apprentissage CCA, Carnet du savoir. POURQUOI LES SERVICES DE GARDE DE HAUTE QUALITÉ SONT-ILS ESSENTIELS ?

Choix IRPP, LA QUALITÉ ÇA COMPTE, Résultat de l’étude longitudinale du développement des enfants du Québec concernant la qualité des services de garde. Christa Japel, Richard E. Tremblay, Sylvana Côté

 

Josée Lespérance Enseignante en TÉE

Comment intervenir ?

Avec les comportements inacceptables chez le tout-petit…

Par Lyne Archambault, éducatrice – formatrice

Comment intervenir quand un petit croque son ami? L’autre pince son voisin, et Marie tape la plus petite du groupe pas facile! Que faire ? Un défi pour une éducatrice à tous les jours afin de  créer dans son groupe une harmonie où le plaisir de découvrir et les apprentissages sont au rendez-vous.

L’agressivité est nécessaire et l’éducation ne vise pas à éliminer cette énergie, mais bien à la canaliser et à la rendre utile. Continuer la lecture de Comment intervenir ?

Considérer le bébé comme une personne et un partenaire…Il faut y mettre du temps!!!!!

Lyne Archambault, éducatrice – formatrice

Octobre 2013

www.aveclenfant.com

Être une éducatrice et travailler auprès des poupons, sans toutefois agir avec eux comme dans une manufacture, est souhaitable et devrait être notre leitmotiv. C’est vrai : s’occuper de 5, 10 ou 15 dans un même local, c’est tout un défi ! Avec notre équipe de travail ou seul pour cinq bébés, on doit prendre le temps de vivre avec les petits. En d’autres mots, le bébé est notre partenaire !

Voici le premier principe du livre Le Bébé en Services Éducatifs .C’est certain me direz-vous, mais dans les faits. Prenons-nous le temps qu’il faut pour considérer le bébé comme une personne et un partenaire ? Dans tous les horaires et les routines, est-ce que nous lui donnons le temps d’attendre sa réponse, par son regard : son approbation ? Le temps de réaction est plus lent chez le petit. Ainsi, la patience est souvent demandée comme qualité première pour être une éducatrice, surtout quand il vient le temps d’attendre la collaboration des petits.

Alors si le bébé est mon partenaire, je lui demande pour le prendre, et même si le temps me presse je ne le prends JAMAIS de dos… Je le préviens en lui disant ce que l’on va faire. Je fais équipe avec lui pour son habillement pour la sortie en lui donnant la chance de participer. En rentrant, profitez de ce temps, car le petit adore tirer son chapeau, ses mitaines et Bravo magie tout est enlevé et c’est lui qu’il l’a fait !! Valorisez notre ami, il se gonflera de fierté.

Je lui montre et lui dis ce qu’il va manger. On touche le plat, on regarde le repas, on sent l’odeur du poisson et on présente la soupe par exemple, voilà de belles façons d’éveiller nos cinq sens. De plus, je le fais patienter au repas en connaissant ses limites et je souligne ses progrès. Je lui parle en préparant son repas, je chante pour le faire patienter tout en préparant le repas. Je lui parle si je dois le rassurer, je nomme chaque enfant en distribuant les plats. Je lui souhaite bon appétit mon ami .Je suis assise avec lui à la table et non comme une serveuse qui s’exécute.

J’ai toujours le bébé que je nourris devant moi et mon regard est vers lui, si je dois m’éloigner je l’avertis. En lui laissant sa cuillère et moi la mienne pour lui donner des bouchées entre les siennes, le petit participe ainsi à son repas. Les petits comme dans un souper de famille sont capables d’attendre leur repas, nous formons une équipe nous nous respectons mutuellement.

Je ne fais rien à sa place sans lui donner la chance de le faire seul et attendre si il a besoin de moi, par une question je lui demande si il a besoin de mon aide. Pour le respecter, je ne dérange pas le petit qui est occupé à explorer. Je ne crée pas de besoin si il est occupé à explorer à sa façon. Son temps d’exploration est unique à lui et précieux. S.V.P. ne pas déranger bébé travaille !!!! Son environnement est sans visiteur non annoncé, la circulation est limitée pour éviter une ambiance de cirque. L’éducatrice est là pour lui, et non l’inverse !

Appeler le petit par son prénom, lui parler, respecter son rythme biologique, l’observer sans comparaison et surtout sans commenter devant les bébés sont des attitudes gagnantes. Le changement de couche est une occasion pour le faire participer, attendre son approbation du regard, lui demander de tenir sa couche, le regarder et échanger avec lui et juste avec lui !

Le lavage des mains au lavabo pour la collation et le repas est une routine. J’invite le petit qui n’est pas occupé à venir laver ses mains. Dès mon invitation lancée, il vient vers moi. Je préviens l’ordre des enfants qui attendent leur tour ! Les amis s’occupent et peu à peu tous les amis se retrouvent à la table pour manger.

Toutes les routines deviennent des moments privilégiés à partager avec eux à chacun leur tour. Il faut à la fin de ma journée d’éducatrice que chaque enfant ait reçu du temps seul avec moi et surtout du temps de qualité…Que ce soit pour être bercé pour le dodo, pour un jeu de coucou avec la débarbouillette ou pour un fou rire échangé ; il faut s’arrêter à observer tout ce petit monde. De plus, grâce à de belles observations auprès des enfants, les cahiers de communication seront plus intéressants et pertinents à lire pour leurs parents.

Dans le livre Le Bébé en Services Éducatifs, une liste de pratiques souhaitables pour chaque principe se retrouve. Voici donc un outil merveilleux pour évaluer notre pratique et se créer des objectifs seul ou en équipe, afin de revoir notre organisation et que nos actions reflètent nos pensées. On le sait que le bébé est une personne et un partenaire, mais dans l’action peut-être c’est facile d’oublier. Nous devons y penser….et surtout prendre du temps !!! Bonne réflexion !

 

Référence : Le Bébé en Services Éducatifs de Jocelyne Martin, Céline Poulin et Isabelle Falardeau éditions : presses de l’université du Québec.

Je t’aime, tu m’aimes, il m’aime

Comment exploiter des activités sur l’amour à la ST-VALENTIN ?

La ST-VALENTIN est une journée particulière pour souligner l’amour que nous ressentons pour les gens qui nous entourent. Nous pouvons exprimer notre amour à ceux que l’on aime par des mots, des gestes, des regards tendres, un cadeau, une attention particulière ou encore en se réservant du temps de plaisir. Nous témoignons notre amour au quotidien mais désirons l’exprimer de façon particulière à la St-Valentin.

Pour les enfants, cette fête n’a pas de sens sans la présence de l’adulte. Mais comment le faire lorsque nous avons des petits et des grands? Il est certain que pour le petit de 18 mois et le grand de 4 ans les attentes ne doivent pas être les mêmes. Le bébé découvre l’amour à travers les soins quotidiens, la réponse à ses besoins de base et la qualité de la relation que l’adulte établit avec lui. Quand à l’enfant de 2 ans à 6-7ans, l’amitié se construit à travers les intérêts de jeu et le plaisir partagé avec l’autre.

Pour le bébé, le trottineur ou le grand de 3-4 ans, l’essentiel demeure dans l’élan chaleureux et significatif que l’adulte à su bâtir avec les sourires, les câlins, les encouragements et la réconciliation. Il se sent aimé, il se sent aimable ce qui développe chez lui son estime de soi. Vos petits gestes quotidiens qui font grandir tous et chacun, pourquoi ne pas les mettre en valeur pour la St- Valentin !!!

Voici des suggestions pour dire à vos valentins et valentines combien vous vous aimez.

Les routines de la ST-VALENTIN :

  • Pendant cette semaine, aménagez vos lieux de repas et de collations avec des objets en lien avec la fête de l’amour : napperons avec des cœurs, verres décorés de cœurs, chandelles en cœur, de la musique sur l’amour, portez un tabler représentant la fête.
  • Offrez aux enfants des cartes de ST-Valentin pour faire patienter lors du dîner.
  • Disposez la nourriture dans une assiette en cœur pour le 14 février.
  • Demandez aux enfants de porter un vêtement rouge pour l’occasion.
  • Utilisez un savon en forme de cœur pour se laver les mains.
  • Permettez à chacun d’apporter un objet de la maison de couleur rouge pour combler le moment d’attente de l’habillage.
  • Offrez des aliments de couleur rouge, en forme de coeur ou une petite surprise pour la collation ou le dîner du 14 février. (Jello, fraises, gâteau en forme de cœur pour dessert, une fondue au chocolat. Etc)


Les activités ST-VALENTIN :

  • Favorisez les contacts entre enfants, les plus grands aident les plus petits pour réaliser une activité.
  • Le jeu de l’âme sœur : des cœurs de différentes couleurs sur petits cartons, coupez le cœur en deux. Distribuez une moitié à chaque enfant. Sur le rythme de la musique, les enfants échangent leur moitié avec les autres, lorsque la musique arrête, il faut trouver notre âme sœur pour reconstituer notre cœur.
  • Fabriquez un jeu de mémoire avec différentes formes de cœur dans des couvercles de jus congelé.
  • Jeu de mémoire avec les photos des enfants du groupe (mettre deux photos dans le jeu par enfant.)
  • Disposez des aimants sur le frigo ou dans une plaque de biscuits en lien avec la St-Valentin.
  • Faites un dé avec une boîte de carton, placer un cœur sur une face du dé Demandez aux enfants de tourner le dé, lorsque celui-ci tombe sur le cœur il faut développer un cadeau. À l’intérieur de la boîte il peut y avoir un petit cadeau pour tous les enfants.
  • Dressez un drap au mur avec un décor de la St-Valentin.( simplement avoir fait des cœurs en peinture) Profitez de cette toile de fond pour prendre les enfants en photos. La photo peut-être mise dans un cadre décoratif et donnée aux parents.
  • Faites un parcours de la St-Valentin, à l’intérieur du parcours les enfants doivent ramasser des cœurs pour ensuite faire un grand collectif.
  • Mettez du rouge à lèvre aux enfants et invitez-les à donner des becs sur une feuille ou dans un miroir.
  • Jouez au cœur à tout, un peu comme le petit cochon. Je dépose un objet symbolisant de la St-Valentin derrière un ami. il doit courir pour attraper l’enfant qui lui a déposé l’objet.
  • Faites des jeux de Kim avec des objets de la fête. Faites observer les objets par les enfants, recouvrez-les avec une couverture et enlevez un objet. Demandez quel est l’objet disparu. Vous pouvez demander à un enfant d’aller choisir l’objet à enlever.
  • Suspendez un drap au plafond dont vous avez découpés des formes de cœurs de différentes grosseurs. Les enfants peuvent jouer à lancer des balles en mousse dans les cœurs. Votre drap peut également servir de division psychologique.
  • Faites des biscuits en forme de coeurs avec les enfants qui pourront- être servis à la collation.
  • Faites des empreintes avec une pomme de terre enduite de peinture.

Les idées proposées favorisent chez les enfants la prise de contacts et elles permettent à chacun d’observer et d’utiliser des objets en lien avec l’amour. Mais aussi valorise des petits gestes souvent peu remarqués mais tellement importants pour le ¨grandir¨ de l’enfant. Profitez de cette fête dans le plaisir avec votre petite marmaille.

Bonne St-Valentin à toutes les valentines et tous les valentins !!!

Mon éducatrice est en vacances, mais pas moi

Comment pouvons-nous préparer le tout-petit au personnel de remplacement durant les vacances de son éducatrice ?

Les mois de l’été apportent souvent un vent de changement dans nos CPE. Les routines, les activités, les vacances des enfants ainsi que celles des éducatrices font partie des modifications durant la période estivale. Le fonctionnement habituel des moments de vie dans le milieu se voit donc transformé par des jeux et des routines à l’extérieur et accompagné par du personnel de remplacement. Le petit doit s’adapter à un nouvel horaire quelque peu bousculé et à une nouvelle éducatrice. Plus l’enfant est jeune plus il a besoin d’être préparé aux changements. Le tout-petit doit être capable d’anticiper les événements pour développer un sentiment de sécurité dans son milieu. Il va se sécuriser peu à peu par les mots qui annoncent ce qui se passe et ce qui va se passer après. Rétablir les rituels dans les routines, maintenir le maximum de stabilité dans son environnement physique et humain est donc capitale. L’équilibre des différents moments de la journée permettra au petit de liquider ses tensions dans les jeux moteurs. Lorsqu’il est sécurisé de ce qui est à l’extérieur de lui, il est alors plus facile de sécuriser son intérieur. Il peut mieux accepter les changements. Il est donc très important de le préparer à vivre un été chaud de plaisirs et de changements. Voici quelques trucs pour aider notre petit à mieux accepter les chambardements que les vacances procurent.

  • Impliquez la nouvelle personne dans vos activités de stimulation avec le petit. L’enfant développera plus facilement un lien avec la personne par le biais du jeu.
  • Invitez la personne de remplacement à vous accompagner dans l’exercices de vos tâches, pour permettre au petit de se familiariser et faciliter le maintien de vos routines par cette nouvelle personne.
  • Respectez le rythme de l’enfant qui désire créer un lien à distance. Parlez lui tout en gardant la distance acceptable pour le petit.
  • Parlez à l’enfant de cette personne lors de son absence en lui présentant des photos de celle-ci.
  • Avisez et présentez cette nouvelle personne aux parents. Ce qui permettra également au parent de l’enfant de s’adapter et de parler de la nouvelle éducatrice à son enfant.
  • Offrez des périodes de prises en charge graduelles sans votre présence à cette nouvelle personne.
  • Ayez des photos affichées qui représentent des activités faites avec l’enfant et son l’éducatrice. De cette façon l’enfant peut se repérer à une personne significative. L’éducatrice remplaçante peut-même jouer à nommer les actions de chacune des photos.
  • Vous pouvez jouer à enregistrer votre voix en chantant des chansons pour le dodo.
  • Facilitez l’adaptation de l’enfant en choisissant une personne qui fait soit la rotation ou les remplacements dans votre CPE. Pour le petit cette figure ne lui est pas étrangère, il acceptera plus facilement de créer des liens avec la personne.
  • Assurez vous que la remplaçante reconnaisse les besoins de chacun des enfants par exemple la façon de le coucher, les jeux qu’il aime. etc

L’été est une période bien agréable pour tous, même pour le petit !! Il n’est pas toujours nécessaire de s’astreindre à un programme d’activités fixes. Ayez en tête que le petit et la remplaçante le simple fait d’être plus à l’extérieur dans un environnement qu’ils maîtrisent et de s’adapter l’un à l’autre leur feront déjà vivre un été chaud en émotions et rempli de petits plaisirs estivals!!

Maintenant que tout est mis en place pour mon adaptation pour l’été, il me reste plus qu’à souhaiter bonnes vacances à mon éducatrice préférée!!!
Signé : un enfant de 2 ans.

Un changement de couche investi… une relation qui grandit!

Trop souvent, j’observe des éducatrices exercer le changement de couche sans parler avec le bébé. Des gestes mécaniques et un regard peu orienté sur l’enfant ne permettent pas au petit de créer des liens avec l’adulte. Or, il est souhaitable que ce moment devienne privilégié pour approfondir la relation entre l’adulte et l’enfant. Non seulement le changement de couche répond-il à un besoin physiologique et assure hygiène, confort et sécurité à l’enfant mais il procure aussi des occasions d’apprentissages…

Cette tâche routinière est une belle occasion de prendre contact et de créer une relation d’intimité avec le tout-petit. La proximité du visage de l’adulte ainsi que la rencontre des regards transforment la routine en moment important dans le développement du lien d’attachement. Les habiletés sensorielles et perceptives du jeune enfant facilitent le contact dans ce sens. Il aime suivre les personnes des yeux, localiser les sons, découvrir la notion de distance. Il comprend peu à peu les intonations affectives. Le plaisir que l’éducatrice a d’être avec l’enfant favorise la relation. La sécurité que le petit ressent avec la personne, lui permet de s’abandonner et de se sentir en confiance. L’adulte qui prend soin de son corps lui montre par des gestes doux et chaleureux qu’il est assez important pour lui accorder du temps de qualité. Annoncer la routine en appelant l’enfant par son prénom témoigne qu’il est considéré comme une personne et un partenaire, lui apprend une partielle de son identité et lui permet d’anticiper ce qui lui arrivera. Il a besoin de comprendre les intentions de l’adulte pour être réceptif aux échanges. Ces gestes sont porteurs dans le développement du respect mutuel.

À travers les gestes et la parole de l’éducatrice, l’enfant apprend à être attentif à l’autre, à observer et écouter l’adulte qui lui parle. L’éducatrice peut commenter les réactions de l’enfant (ex: tu me fais des sourires, tu aimes ça avoir des becs sur ta bedaine, etc.).

La collaboration de l’enfant avec la personne qui lui prodigue cette routine est significative. Les gestes deviennent volontaires, sa confiance et son autonomie marquent de plus en plus sa personnalité. Par exemple, il peut tenir sa couche, lever ses fesses pour faciliter le changement de couche, échanger des regards, des sourires. Plus l’éducatrice prend le temps nécessaire pour permettre à l’enfant de participer à la routine, plus il coopère. Il ressent le plaisir sensoriel de la peau propre, le confort d’être lavé, soigné et investi. La patience et la tolérance aux délais font aussi partie des apprentissages. Lorsqu’il est capable d’anticiper ce moment d’intimité avec son éducatrice, il attendra son tour plus facilement. Les rituels favorisent la capacité de l’enfant à voir les séquences des actions.

Nommer les parties de corps de l’enfant est une belle façon de lui apprendre à les reconnaître et les situer dans l’espace. Sur demande, il pointera les parties de son visage et quelques parties de son corps. Le changement de couche offre la possibilité à l’éducatrice de favoriser cet apprentissage lié au développement psychomoteur de l’enfant.

Durant cette période, l’éducatrice doit éviter d’utiliser des objets pour stimuler l’enfant, elle doit davantage être en relation. Lui dire des mots doux, le regarder, lui chanter une petite comptine, nommer les parties de son corps ou lui faire des chatouilles. Voilà de bons moyens pour tisser des liens et susciter l’intérêt pour son monde environnant. Être en relation avec l’enfant plutôt que d’être dans l’action avec des objets est gage de succès dans une relation d’attachement Il existe beaucoup d’autres moments dans la journée ou l’enfant peut agir sur son environnement. Les soins rapprochent et ce tête-à-tête doit devenir un rendez-vous tendre avec le petit.

Dessine-moi… ( ou faire à la place de l’enfant !!!!)

Martin, est éducateur au CPE 3 PETITS TOURS. Depuis quelques semaines, il fait l’accueil du matin. Il console les gros chagrins, rassure le parent inquiet, il installe des coins de jeux qui répondent aux besoins du groupe multiâge. La table à dessin est l’espace très populaire du matin. D’ailleurs, Martin est souvent sollicité par plusieurs enfants pour toutes sortes de commandes. « Peux-tu me dessiner un chien, un bateau, une belle princesse ? « Même le petit Julien 18 mois arrive toujours avec la même demande un GROS…GROS CHIEN…..Martin, passe la période de l’accueil à faire la démonstration de ses talents en dessin. Certains enfants le regardent et disent à Martin : « dessine moi….. »

Cette situation est répandue, mais doit-on répondre à cette demande pour faire plaisir à l’enfant ? ou se faire plaisir ?

Plusieurs raisons motivent l’éducateur (trice) à s’exercer à cette activité. On retrouve par exemple, le plaisir de répondre au besoin de l’enfant, un intérêt personnel pour le dessin, le désir de faire de l’enseignement ou simplement une excuse pour se soustraire d’assurer une présence à tout le groupe d’enfants.

Certes, le rôle de l’éducateur (trice) est bien de répondre aux besoins, de susciter des apprentissages, d’assurer une présence avec le groupe et ce, dans un contexte adapté au développement du jeune enfant. Les talents en dessin de l’adulte peuvent être exploités dans d’autres lieux dans des rapports égalitaires.

Lorsque Martin répond à cette demande, il ne met pas à profit les talents et habilités de l’enfant. Par contre, si c’est l’enfant qui dessine, il exerce la précision de ses gestes par l’autocontrôle de son bras, avant-bras, main et doigts. Il raffine ses mouvements en passant pas la grande motricité vers des gestes plus fins. Ces apprentissages sont des pré-requis pour l’écriture.

Dans l’activité du dessin, je permets à l’enfant de mettre en valeur sa créativité, de lui faire vivre la différence dans sa façon de voir les choses qui l’entourent. Je valorise aussi son sentiment d’identité. Je lui fais prendre conscience de ses capacités. Je reconnais également que pour développer une compétence il faut d’abord la travailler, être encouragé, supporté et surtout trouver une façon de faire qui personnalise qui je suis.

J’ai pu observer que dans de telles situations certains enfants restent inactifs devant une feuille blanche et des crayons. Ils ont appris à attendre, à regarder, à ne faire rien par eux-mêmes. Ils ont atteint un sentiment d’incompétence en se comparant leur production avec celle de Martin. Devant un adulte expérimenté en dessin le défi est trop grand pour un petit apprenti.

Le rôle de Martin est d’amener l’enfant à se développer globalement, de lui faire vivre du succès à sa mesure, dans un contexte de plaisir où l’enfant est au centre de ses apprentissages. Mais comment ne pas décevoir un enfant qui insiste pour qu’on lui dessine un petit chien ??

Martin doit éviter de dessiner devant les enfants. Lorsque l’adulte est concentré à dessiner, il ne peut voir les intentions du petit créateur. Éviter de faire de l’enseignement, l’enfant doit sentir qu’il a le pouvoir de dessiner ce qu’il veut et comme il le veut. Martin doit susciter l’intérêt de l’enfant par des questions ouvertes qui incitent à verbaliser les connaissances qu’il possède. Par exemple, l’enfant demande « Peux-tu me dessiner un chien ? » L’adulte répond « Comment il est le chien? Comment est sa queue ? Les oreilles sont comment ? « L’adulte peut tracer sur une feuille ce que l’enfant lui dit mais avec beaucoup d’hésitation. Il peut alors demander à l’enfant de lui montrer comment il est sonpetit chien. De cette façon, l’adulte guide l’enfant dans son dessin et le petit met dans l’action sa pensée et fait un plus grand apprentissage. Dans un même contexte, il peut être aussi pertinent d’inviter l’enfant à demander à un ami(e) de dessiner pour lui le petit chien. Celui qui rend le service est valorisé dans ses compétences et l’ami(e) qui en fait la demande observe et découvre qu’il est aussi possible de le faire puisqu’un enfant du groupe le fait, le défi est réalisable.

Par contre, lorsque le défi reste difficile pour l’enfant. l’ adulte doit observer des forces dans d’autres domaines enfin de valoriser et encourager la pratique. La présence discrète et chaleureuse donne toute son sens à la relation.

Lorsque Martin prend du temps avec l’enfant, il lui démontre qu’il est assez important à ses yeux pour s’intéresser à lui.

Faut-il s’oublier pour répondre aux besoins des enfants ?

Mathilde 4 ans et Émile 2 ans vivent dans une famille nucléaire. Les deux parents sont dans la trentaine et travaillent à l’extérieur. Les enfants vont au CPE 4 jours semaine et sont à la maison avec maman le vendredi. Comme toute jeune famille, il est parfois difficile de concilier les obligations et la vie de famille. Les parents de Mathilde et Émile se questionnent sur la façon de répondre aux besoins de leurs enfants ? Doivent-ils s’oublier comme adulte ? Comment bien répondre aux besoins de leurs enfants ?

Faire le choix d’avoir des enfants est dans un premier temps d’accepter d’aborder la vie au quotidien d’une autre façon. Les changements qu’impose la venue d’un enfant sont parfois difficiles à assumer pour le parent. En effet, ce petit être à peine d’une semaine bouleverse de nombreuses habitudes qui déstabilisent la vie des deux adultes. Les nuits de sommeil écourtées, les inquiétudes face à des situations inconnues, les remises en question dans leur nouveau rôle et les multiples conseils de l’entourage sont des préoccupations pour le parent en apprentissage. L’enfant devient alors leur meilleur guide à condition que l’adulte soit capable de reconnaitre les besoins de son tout-petit.

Se questionner, se préoccuper, s’inquiéter est une preuve d’amour envers son enfant. Je t’aime assez pour répondre du mieux que je peux à ce qui est bien pour toi. Chacun le fait avec son bagage d’expérience et son héritage familial. Parfois, notre enfant nous demandent plus, ce PLUS est la capacité comme adulte de saisir les propres besoins de son enfant et faire abstraction aux siens.
Avoir du cœur et du gros bon sens prend alors beaucoup d’importance, mais quel défi pour le parent à devenir. Notre enfant nous fait souvent revivre notre enfance, partir de nous, de nos valeurs, de ce que nous sommes. Supporter, confronter et éduquer à la fois notre tout-petit demande beaucoup à l’adulte. Pour y arriver, il faut mettre du temps, de l’énergie et parfois même s’oublier pour mieux encadrer et sécuriser notre petit. S’oublier dans le sens de prioriser l’enfant avant nos propres besoins d’adulte, de garder la priorité sur l’enfant malgré la vie tumultueuse; ce qui veut dire, faire des choix en fonction de notre famille (papa, maman, Mathilde et Émile). Être attentif aux changements d’attitudes ou comportements qui nuisent au développement de nos enfants et apporter les changements nécessaires au quotidien. Être capable de mettre nos limites pour le bien-être de nos petits. Nous refusons les soupers à l’extérieur le dimanche soir pour coucher les enfants plus tôt. Apporter des changements dans nos activités (sorties, cercle d’amis, voyage, visites des familles). En visite par exemple, nous arrivons et partons plus tôt maintenant que nous avons des enfants. Lorsqu’il y a une fête, nous prévoyons le nécessaire pour coucher nos enfants et profiter de la fête entre adultes.

Les parents de Mathilde et Émile sont des parents aimants et veulent le bien de leur progéniture. L’environnement de leurs enfants est très familial, des visites chez mamie, des soupers entre amis(es), fêtes et des activités sont fréquentes dans la vie de Mathilde et de Émile. Lors de ces rencontres, les parents peuvent observer que les enfants sont animés par des adultes qui répondent aux idées les plus farfelus des deux petits. L’intérêt des rencontres est orienté en grande partie sur les deux enfants. Malgré les airs de fêtes autour d’eux, les parents de Mathilde et Émile reconnaissent leurs besoins. Ils sont sensibles aux signes de fatigue, s’assurent que les enfants mangent bien même avec la présence de Mamie, voient à la sécurité et à l’hygiène de leurs petits et prennent en charge l’heure du dodo avant que les enfants soient trop fatigués et manifestent des comportements pour le démontrer (cris, pleurs, jeux dangereux, se roule sur le plancher pour démontrer sa fatigue). En agissant ainsi, Mathilde et Émile reconnaissent qu’ils sont importants aux yeux de leurs parents. En répondant aux besoins de bases, le parent sensibilise l’enfant à ses propres besoins. Ainsi, plus vieux l’enfant sait ce qui est bon pour lui et a les moyens d’y répondre. En exerçant la routine du dodo même pendant une rencontre en famille ou entre amis (es), l’enfant apprend à vivre la séparation et développe ainsi son autonomie affective. De plus, Mathilde et Émile comprennent la place qu’il occupe dans la famille auprès d’adultes. Après avoir pris du temps à jouer avec Mamie, Dady, Tante Lyne et oncle Daniel il est l’heure pour les adultes maintenant. Il est certain, que le dodo peut-être un peu plus tard afin de laisser les enfants profiter de la visite de Mamie tout en expliquant que ce soir c’est spécial. L’important est que l’enfant prenne conscience qu’il est au cœur des préoccupations de son parent même en situation particulière.

Répondre aux besoins des ses enfants s’est aussi s’obliger comme parent à prendre du temps pour soi sans la présence des enfants. C’est un défi pour toute jeune famille !!!

La participation des parents aux activités du milieu

Novembre et décembre 2009

Le CPE Chocolatine présente aux parents en début d’année un calendrier de sorties pour l’année. En effet, tous les groupes du CPE sont invités à participer à une sortie une fois par mois. L’objectif est de permettre aux enfants de vivre des activités différentes dans un contexte nouveau et de s’ouvrir sur de nouvelles connaissances. La participation du parent est sollicité afin d’assurer la sécurité dans chacun des groupes.

Carole, éducatrice des 2 ans fait une demande auprès des parents de son groupe. Une sortie aux courges en octobre est prévue et elle aimerait avoir trois adultes accompagnateurs pour cette activité. Comme un seul parent manifeste sa disponibilité comme accompagnateur, Carole remet en question la participation de son groupe pour la sortie prévue au calendrier. Elle se questionne également sur la pertinence d’avoir un calendrier d’activités pour l’ensemble du CPE.

Pour qu’une sortie soit sécuritaire pour le groupe, l’éducatrice doit prévoir un adulte pour deux enfants et ce quelque soit le type de sortie.

Les sorties sont pertinentes et riches d’expérience pour les groupes de 3 ans et plus. Avant trois ans, l’enfant a besoin de stabilité dans ses moments de vie et ce dans un cadre connu. Pour profiter d’une sortie, il faut suffisamment d’intérêt sur le sujet mais aussi du plaisir à se retrouver dans un contexte de nouveauté. L’enfant de 18 mois /2 ans a besoin de sécurité pour s’ouvrir à de nouvelles expériences. La sortie devient sécurisante lorsqu’elle est faite en présence de papa, maman, frères et sœurs. Ses repères affectifs lui permettent alors de s’ouvrir à la découverte.

Il faut reconnaitre que de septembre à décembre l’énergie est mise pour s’adapter au fonctionnement du groupe. L’éducatrice doit assurer la création de liens avec l’enfant et son parent avant de penser à une sortie.

Après la période d’adaptation, il peut être pertinent de proposer des activités spéciales à faire avec les groupes de 3 ans et plus. Son imagination débordante lui permet de s’ouvrir sur le monde, de vivre des moments magiques avec ses amis(es) du CPE. Pour le parent accompagnateur, observer son enfant dans le groupe lui permet de le découvrir sur le plan social, voir l’éducatrice de son enfant intervenir avec le groupe peut être rassurant. C’est une façon pour le parent d’apprendre sur son enfant.

Pour que la sortie proposée par le CPE Chocolatine soit adaptée et riche d’expérience le milieu doit se questionner sur :

  1. L’intérêt et le goût des enfants pour ce type d’activité.

  2. La sécurité du ratio et des lieux.

  3. La maturité du groupe à participer.

À la lumière de ce questionnement, il est difficile d’imaginer un calendrier de sorties pour l’année avant même de connaitre son groupe d’enfants !!!!

Nous gagnons à porter nos actions sur les besoins des enfants….

Josée Lespérance

Enseignante en TEE

Professionnelles de l’enfance : attention à l’étiquetage

J’ai observé dernièrement dans mon milieu de garde une situation qui m’inquiète. Il y a un petit garçon qui est la cible des blâmes des autres enfants. Ils le déclarent coupable de méfaits à la garderie alors qu’il est malade et absent du milieu de garde. Il est vrai qu’il frappe les pairs et que je dois le reprendre régulièrement et le punir. J’avise la mère tous les soirs de ce qui se passe. Qu’est ce que je peux faire pour que les enfants cessent de le traiter ainsi et de lui attribuer tous les torts ?

Vos inquiétudes sont légitimes. Ces critiques formulées à répétition nuisent à l’estime de soi de cet enfant et témoignent d’une perception négative des autres à son égard. Il est nécessaire de transformer cette image négative afin que les enfants redécouvrent cet enfant dans ses forces, ses qualités. De plus, l’édification de l’identité négative de cet enfant nuit à son épanouissement. Plus il recevra des messages négatifs des autres, lui confirmant qu’il est « tannant, méchant » plus il défendra farouchement cette identité au détriment de ses qualités personnelles.

Voici quelques stratégies qui favorisent la construction d’une image positive de l’enfant et modifieront les perceptions négatives des autres enfants à son égard.

Stratégies éducatives

  1. Faites vos interventions à proximité de l’enfant. Évitez de nommer à voix haute audible par les autres enfants les réprimandes que vous lui adressez sauf dans les cas où l’intervention à distance est nécessaire par mesure de sécurité.
  2. Valorisez les efforts, les forces, les bonnes idées de l’enfant afin de lui faire reconnaître que le bon garçon existe. Même si l’enfant contrevient à une consigne immédiatement après que vous l’ayez félicité. Dites-lui : « Je viens de te dire bravo et tu lances les jouets en me regardant. Je continuerai à te dire bravo à chaque fois que tu fais bien les choses parce que je crois au bon garçon qui est en toi. »
  3. Lorsque vous êtes disponible, joignez-vous à cet enfant et nommez le plaisir que vous éprouvez à jouer avec lui. Les autres enfants verront votre intérêt à l’enfant et changeront peu à peu leur perception.
  4. Rectifiez la situation lorsque les enfants blâment injustement l’enfant.
  5. Modifiez votre de mode de communication avec le parent. Nommez à tous les jours ce qu’il a fait de bien. « Il a été capable de demander à son ami le jouet. Il a été capable d’attendre au dîner. » Vous informez les parents des difficultés et des progrès une fois par semaine. Par exemple, vous soulignez les progrès face à la capacité de l’enfant à demander un jouet d’un ami mais nommez sa difficulté à attendre encore observée lors des crises. Le parent est donc au courant de ce qui se passe mais ne peut punir l’enfant à nouveau. (Article : Une journée d’enfer à la garderie, Magazine Enfants Québec, Octobre 2000).
  6. Sollicitez la collaboration du parent afin qu’il valorise les bons coups de l’enfant; qu’il nomme ce qu’il fait de bon afin que l’enfant voit que ses efforts sont reconnus.
  7. Dites à l’enfant devant son parent qu’à partir de maintenant vous direz à sa maman ce qu’il fait de bien et que ses parents le féliciteront. L’enfant prend conscience que l’attention sera portée aux comportements positifs du quotidien et ne tentera plus de se faire remarquer par des comportements dérangeants. Il a donc avantage à faire des efforts et puisqu’il n’a plus un gain d’attention lorsqu’il contrevient aux consignes.