Écrans pour bébés surdoués

FacebookTwitterLinkedInPartager
Print Friendly

Sylvie Bourcier, Intervenante en petite enfance

Décembre 2013

www.aveclenfant.com

 

Extraits de L’enfant et les écrans. S. Bourcier, Éditions Chu Sainte-Justine, 2010, p. 97.

Les chaines de télévision pour bébés sont très à la mode auprès des parents, car elles prétendent favoriser le développement des petits. Durant la petite enfance, l’apprentissage doit être actif et exploratoire, ce que Piaget appelle la conquête active.  Les bébés traversent une période dite sensorimotrice. Pour se développer, ils ont besoin d’interagir de façon multisensorielle, avec leur corps tout entier. Bouger, toucher, sentir, gouter, manipuler, empiler, faire dégringoler, lancer et ainsi se rendre compte qu’il faut agir sur l’environnement et que tout ce qui les entoure a des caractéristiques distinctes. Lorsqu’ils manipulent un objet, leurs sens en éveil s’imprègnent de la texture et du poids de cet objet, ils découvrent la facilité ou la difficulté de l’empoigner. Ils goutent les choses, ils les lancent parfois et ils en viennent à les reconnaitre au plan sensoriel. En se déplaçant avec les objets, ils mobilisent leurs grands muscles, ils placent les choses les unes sur les autres, dessous, dessus, dedans, ils pratiquent ainsi la préhension et la coordination. Ils comparent par expérimentation. Ils apprennent le monde par le jeu.

Trop de télé peut les priver de toutes ces sources de stimulations. L’écoute télévisuelle nuit au développement si elle remplace le jeu avec des jouets. D’ailleurs, l’image télévisuelle est à deux dimensions, la réalité s’orchestre à trois dimensions. Le jeu permet l’accumulation des expériences et favorise l’intégration des connaissances acquises par les sens et le mouvement. Le jeu peut même être interrompu par un téléviseur dans la pièce où se trouve le petit, qu’il s’agisse d’une émission adaptée à son niveau de compréhension ou non. L’enfant perd alors une occasion de faire des liens entre ses gestes, ses signaux sensoriels et son activité.

D’ailleurs, son intérêt pour les choses repose d’abord et avant tout sur les échanges avec des personnes qui comptent pour lui. Le bébé a besoin qu’on lui montre les choses pour qu’elles deviennent intéressantes. En empiétant sur le temps de jeu, le petit écran nuit à l’activité exploratrice du milieu, si essentielle au développement et cela peut perturber le langage à ses débuts. Pour apprendre, le petit a besoin d’échanges. L’écran donne de l’information si l’enfant écoute et si le niveau de langage utilisé est adapté, mais il ne répond pas. Comme il est triste de voir un petit qui appelle son personnage favori en s’adressant à l’écran indifférent! D’ailleurs, la Société canadienne de pédiatrie recommande une écoute d’une heure maximum pour les enfants d’âge préscolaire.