Émilie, qu’as-tu fait aujourd’hui à la garderie?

FacebookTwitterLinkedInPartager
Print Friendly

Linda Gagnon, psychologue et consultante

Juin 2012

www.aveclenfant.com

Démontrer de l’intérêt à un enfant pour les activités et projets qu’il réalise au sein de son groupe peut s’avérer une démarche simple pour certains parents et plutôt complexe pour d’autres.  En effet, certains enfants semblent incapables de se remémorer une seule activité inscrite au programme de leur journée et ce au grand désespoir de leurs parents.  Ainsi à la question, « Qu’as-tu fait aujourd’hui à la garderie?».  Ces enfants répondent « Je ne sais pas? » d’un air désintéressé.  La réplique du parent ne se fait habituellement pas attendre « Tu ne le sais pas ? » d’un air mi-surpris mi-exaspéré.  Entre le désir de talonner l’enfant dans l’espoir de recueillir quelques gouttes d’informations et celui de baisser les bras, le cœur et la raison du parent balancent.

Quelques considérations et suggestions

INSTANT PRÉSENT

Il est à noter que certains enfants sont peu bavards envers leur journée passée à la garderie étant donné qu’ils vivent intensément au moment présent.  Les activités qui se sont déroulées le matin ou l’après-midi peuvent être pour eux dépourvues d’intérêt.  Ce qui suscite leur intérêt c’est l’instant présent.  Ainsi, il est bien plus intéressant d’aller jouer à l’extérieur, de dessiner ou de bricoler, de regarder une émission à la télévision, de s’inventer des histoires que de discuter d’activités déjà passées!

En tant qu’adulte, il nous arrive à notre tour d’être absorbé dans nos pensées ou dans nos activités.  Ainsi, en pleine lecture d’un roman ou d’un journal nous avons tendance à répondre évasivement aux questions de notre entourage.  Il en est souvent de même pour nos enfants.

CHACUN SA PERSONNALITÉ

Enfin chaque enfant possède son propre caractère.  Certains adorent partager leurs expériences et leurs états d’âme avec leur famille, tandis que d’autres préfèrent conserver précieusement dans leur jardin intime les expériences reliées à leur nouvelle vie.  Il en va de même pour les adultes.

TROUVER LE BON MOMENT POUR L’ENFANT ET LE PARENT

Enfant :

Le bon moment peut différer selon l’enfant.  Pour certains ce sera au retour de la garderie ou au souper pour d’autres à l’heure du bain ou du coucher.  En effet, l’heure du coucher est souvent un bon moment pour discuter avec l’enfant. Puisqu’il est alors fatigué, certains mécanismes de défense tombent ce qui amène parfois l’enfant à confier ses difficultés ou ses préoccupations plus facilement

Parent :

Arrêtez vos activités et assoyez-vous près de votre enfant lorsque vous lui demandez de vous raconter sa journée.  S’il a le sentiment que vous ne l’écoutez pas vraiment, il cessera rapidement de répondre à vos questions.  En tant qu’adulte nous manifestons le même type de réaction lorsque nous nous adressons à quelqu’un qui ne semble pas disponible à nous écouter.

A) Écouter avant de questionner.

Laisser à l’enfant le temps de s’exprimer, il doit tout d’abord organiser ses idées pour nous raconter ce qu’il ressent et ce qu’il a vécu.  Il faut éviter de l’envahir de questions.

B) Le type de question posée

Au lieu de lui poser la question suivante : « Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui? » qui s’avère très large (l’enfant a à ses yeux fait une multitude de choses dans sa journée et ce sera trop long à raconter) opter pour une questions qui dirige l’enfant vers certaines pistes.

« Qu’est-ce que tu as aimé le plus faire à la garderie? »

« Avec quel(le) ami(e) as-tu eu du plaisir? »

« Quelle activité as-tu trouvé facile ou difficile? »

« Est-ce qu’il y a une situation qui t’as fait rire, qui t’as mis en colère, qui t’as rendu triste? »

 

C) Vérifier quotidiennement le contenu de son portfolio.

▪         Afficher ses dessins

▪         Pratiquer les chansons et comptines

 

D) Choisir avec son enfant les dessins ou bricolages que l’on conserve et ceux que l’on jette ou que l’on donne.

Cette opération peut sembler quelque peu fastidieuse pour certains parents.  Ce qui importe c’est d’énoncer une règle claire.  On doit trier ensemble les dessins lorsque : ex. : le mois est terminé, la boîte est remplie, le babillard est couvert, on ne retrouve plus le réfrigérateur, etc.

En permettant à l’enfant de participer à la sélection des dessins, nous faisons appel à son jugement.  C’est une autre occasion pour lui d’exprimer ses opinions, de faire connaître ses goûts.  Les choix de l’enfant peuvent parfois nous surprendre.  Les critères du dessin retenu ne correspondent pas nécessairement aux nôtres.  Il est toutefois important de respecter son choix, le dessin sur lequel il a jeté son dévolu peut être associé à une activité qu’il a grandement appréciée.

Lorsque l’on conserve une partie des œuvres de notre enfant nous lui démontrons concrètement que ce qu’il réalise à la garderie est important.  Nous reconnaissons par le fait même que nous apprécions les efforts et la persévérance qu’il a manifestés dans ses divers travaux.