Enfant étiqueté, enfant rejeté. Décoller l’étiquette (partie 2)

FacebookTwitterLinkedInPartager
Print Friendly

Il y a de ces mots qui me gèlent lorsque je les entends. De ces mots qui cristallisent une réalité en la figeant immuablement. Ils tombent comme le couperet d’une guillotine sur le cou du condamné.

« Ah! il ne changera jamais celui-là. Il mordait chez les trottineurs. Maintenant, il frappe. C’est un agressif. » « Ça doit être Jonathan encore. »

Cet étiquetage avance à contre-courant du mouvement progressif de l’enfant qui par définition est un être en développement.

Cet étiquetage laisse des cicatrices ouvertes puisqu’il nuit à l’estime de soi de l’enfant. Non seulement les mots répétés parfois tout bonnement portent atteinte à la dignité de l’enfant mais ils s’inscrivent peu à peu dans ce qu’il fait partie de lui. Il s’identifiera progressivement à ce Jonathan le tannant, et se forgera une identité négative.

L’enfant étiqueté est avant tout un enfant à défi particulier qui exprime un besoin. Ce décodage requiert de l’observation, de la sensibilité et surtout de l’empathie.

Esther a observé la difficulté que Jonathan éprouve à exprimer son mécontentement. Il utilise les cris, les poussées pour exprimer une frustration. Il a besoin d’apprendre à reconnaître sa colère et à trouver les mots pour l’exprimer. Esther souhaite soutenir Jonathan dans cet apprentissage. Cette démarche requiert du temps, de la patience, du suivi et peut-être du soutien de la part de son équipe de travail. Ce travail de soutien au développement repose sur la conviction profonde qu’être éducatrice c’est assumer un rôle de guide auprès de l’enfant. John Bradshaw(1) parle « des maîtres pleins d’âme qui intuitivement amènent l’enfant vers un monde de connaissance élargi ».

Lorsqu’une éducatrice dit à un enfant : « Il ne change pas celui-là, c’est un agressif » c’est de son impuissance qu’elle parle.

Voici quelques stratégies pour sortir du cercle pernicieux de l’étiquetage :

  1. Soyez honnête avec vous-même et reconnaissez que tel enfant vous irrite. L’enfant a un tempérament bien à lui au même titre que l’éducatrice. L’adaptation au tempérament de l’autre représente tout un défi. Un enfant ayant des besoins très différents de l’éducatrice peut générer chez celle-ci un sentiment d’impuissance. Il lui est en effet difficile de décoder, de comprendre l’enfant qui fonctionne sur un mode opposé au sien. Il est aussi possible de vivre certains heurts relationnels lorsque l’enfant devant nous possède une caractéristique spécifique qui s’apparente à l’une des nôtres que l’on n’apprécie guère. L’impatience de l’un se bute à l’impatience de l’autre ou la lenteur d’exécution de l’enfant ralentit davantage l’éducatrice qui fonctionne mieux elle-même lorsqu’elle n’est pas bousculée. L’enfant n’a pas développé à son jeune âge des capacités adaptatives et une empathie pouvant l’aider à faire face au tempérament particulier de l’adulte, il est donc de la responsabilité de l’adulte de s’ajuster avec sensibilité aux différences individuelles des enfants.
  2. Identifiez clairement ce qui vous impatiente en terme de comportements observables (fréquence, déclencheur, durée, intensité).
  3. Cherchez à décoder le besoin de l’enfant. Que cherche-t-il à exprimer? Besoin de sécurité, d’attention, d’apprendre une façon prosociale d’agir, etc.
  4. Identifiez les forces de l’enfant.
  5. Si ces deux dernières étapes vous semblent irréalisables, demandez de l’aide. Vous avez besoin d’un regard objectif pour vous mettre sous le mode « empathie ».
  6. Mettez en place un plan de soutien au développement et persistez. Il faut 4 à 6 semaines pour évaluer les impacts d’un plan de soutien au développement.

Au quotidien

  • Évitez d’intervenir à distance. Les « Jonathan » criés à haute voix et à répétitions invitent les autres enfants à le cibler comme le « coupable » de tout acte répréhensible survenu dans le groupe.
  • Échangez avec les parents afin de mieux comprendre l’enfant.
    · Remarquez ses tentatives d’entrer en lien avec vous, ses bons coups.
  • Cherchez à modifier la perception des enfants du groupe à son égard en le valorisant à voix haute.
  • Soulignez le plaisir que vous éprouvez ou qu’un copain a éprouvé à jouer avec lui.
  • Évitez de statuer sur l’avenir de l’enfant. Nul ne peut prédire la trajectoire qu’il prendra à l’école ou à l’adolescence. Il existe certes des comportements qui placent l’enfant dans des trajectoires à risque. Mais n’oubliez pas que l’intervention précoce est un antidote puissant. Laissez les prédictions aux horoscopes.

Honorez le principe même de vie celui de l’élan naturel et progressif de l’enfant. Croire au potentiel de croissance de l’enfant c’est lui insuffler la confiance en soi et surtout enraciner l’attachement essentiel à la relation éducative.

À lire aussi Un enfant étiqueté, enfant rejeté (partie 1)
Par Josée Lespérance

(1) Bradshaw, John (1995) Le défi de l’amour. Aimer de toute son âme. Le Jour Éditeur.