J’anime mes activités de façon à réduire le stress

FacebookTwitterLinkedInPartager
Print Friendly

Cet article se veut une réflexion sur le stress que nous pouvons faire subir aux enfants, en tant qu’éducatrice, lorsque nos stratégies éducatives s’éloignent de l’application du programme éducatif. Nous comparerons les stratégies utilisées par Sylviane qui sont source de stress pour l’enfant à celles employées par Mylène qui favorisent l’acquisition de nouvelles habiletés sous le signe du plaisir. Ces deux éducatrices, bien intentionnées, sont préoccupées par un défi éducatif similaire : un enfant de 4 ans qui n’apprécie ni le découpage, ni la lecture. Du moins, à première vue…

Sylviane est très préoccupée par la faible motivation de Brandon à l’égard des activités de bricolage et de lecture. Que fera-t-il à la maternelle? Elle rappelle aux parents l’importance de travailler ces habiletés à la maison. Aussitôt, les parents s’inquiètent, leur petit choux ne sera pas prêt pour l’école. Sans compter qu’à la maison, il fuit ciseaux et crayons comme la peste. Ils promettent de redoubler d’efforts. Ils mentionnent à Brandon que s’il veut être prêt pour l’école, il doit se pratiquer. Brandon soupire, il ne sait pas ce que cela veut dire « être prêt pour l’école », mais chose certaine, ses parents et son éducatrice sont inquiets. Comme l’inquiétude est une maladie vivement contagieuse, lui aussi l’attrape.

Lors des activités de bricolage, même si Brandon se rebute, Sylvia insiste et l’encourage. Elle se dit que : « Trois coups de ciseaux, c’est mieux que rien ». Elle mise également sur le modelage en asseyant Brandon près de Mérédith et Justin : deux « accrocs du brico ». Ils finiront peut-être par lui donner la piqûre. Fidèle à lui-même, Brandon cabotine, joue avec la colle et les matériaux tout en dérangeant ses camarades qui s’insurgent de sa présence. Il se mérite à chaque fois des réprimandes ou des conséquences comme des retraits ou des séances de bricolage en solitaire.

Vraiment, le bricolage, il déteste. Il fait d’ailleurs la moue lorsque Sylviane en fait l’annonce. Ne sachant plus trop quoi faire, son éducatrice pense à instaurer un tableau de renforcement afin de l’encourager. Malheureusement, au fil des jours, son tableau ressemble à une bouche édentée. Au lieu d’être motivant, il est décourageant. Au cours des 5 jours ciblées, Brandon n’a accumulé qu’une seule étoile, et ce par la peau des dents… Son tableau n’est pas très reluisant!

Pour la lecture, c’est presque le même scénario qui se répète! Il est le premier à déranger le groupe. Malgré les responsabilités confiées par Sylviane, il se désintéresse rapidement de l’activité. Il cherche à saisir des jouets sur les étagères, il se laisse choir sur ses camarades et il pose des questions hors sujet. Sylviane est exaspérée d’être interrompue sans cesse. Entre les réprimandes et les conséquences, les autres enfants perdent le fil et en moins de deux tous se retrouvent dans un brouhaha indescriptible. Sylviane est inquiète de la faible concentration de Brandon et exacerbée de ses répercussions. Elle en fait part aux parents. Ceux-ci s’inquiètent de nouveau pour leur petit choux et vivement la contagion recommence.

Dans le groupe de Mylène, c’est Antoine qui a la bougeotte lorsqu’elle raconte une histoire. C’est tant mieux puisqu’elle adore raconter des histoires en mouvement où chacun des enfants est invité à imiter les gestes et réactions des personnages. Comme Mylène raconte fréquemment son histoire de mémoire, il lui est plus facile de garder un contact visuel avec les enfants et de garder leur intérêt. Vive l’improvisation!

Il lui arrive également de raconter des histoires dans un style traditionnel. Elle choisit alors un coin du local où il y a peu de distractions visuelles. Pas facile lorsque l’on est entouré d’étagères de jouets attrayants. Quelle est son astuce? À l’heure du conte, elle demande aux enfants de l’aider à retourner l’étagère de jouets sur roulettes. Sa collègue, elle, déroule un petit rideau afin de cacher ces jouets qui interpellent « ses coccinelles ». Selon le niveau d’agitation des enfants, que Mylène jauge à l’œil et à l’oreille, elle les invite à s’asseoir sur des tapis distancés ou sur leur chaise afin d’éviter qu’ils tombent les uns sur les autres comme des pièces de domino. Est-ce les seuls facteurs qui influencent le bon fonctionnement de son groupe? Non! Il y en a de plus importants.

Sa carte maîtresse : son style d’intervention démocratique. En fait, Antoine, comme tous les autres enfants, n’est pas obligé d’assister au conte. Il peut choisir entre différents jeux mis à sa disposition ou faire ses propres propositions. L’important, c’est que le jeu invite au calme. De plus, Mylène mise principalement sur l’identification des intérêts des enfants. Surtout, lorsqu’ils semblent récalcitrants à un type d’activités. Ainsi, comme Antoine raffole des tracteurs et autres machineries, elle essaie de lui dénicher des livres portant sur ces sujets. Histoire de lui ouvrir l’appétit . Avec Antoine, elle expérimente également les histoires en « tête-à-tête ». C’est si agréable d’être assis « collé-collé », comme il le dit! Inévitablement, il y a des petits curieux qui s’ajoutent. Et là, elle a toute son attention et peut répondre à ses questions. C’est que les neurones sont très actives dans cette petite tête.

À l’heure du bricolage, elle recourt à la même stratégie. Personne n’est obligé de participer. Mylène ne s’inquiète pas du tout du faible intérêt manifesté par Antoine pour ce type d’activités. Toutefois, elle ne perd pas de vue l’objectif visé qui consiste à favoriser la motricité fine, en d’autres mots la coordination œil-main. Elle puise dans la banque d’activités sur la motricité fine élaborée par son milieu de garde. Ce ne sont pas les idées qui manquent. L’autre jour, Mylène a créé un jeu pour Antoine où il doit attraper des vis avec une véritable pince. Wow quelle concentration! Il n’est pas le seul à avoir apprécié.

La semaine dernière en observant Antoine jouer avec les camions, elle a eu une idée « géniale», comme elle le dit. Dans le coin des voitures, elle a disposé quelques boîtes à chaussures, des bandes de cartons, de la colle, du papier collant, des crayons de couleurs et des ciseaux. Assise à côté d’Antoine, elle a initié la fabrication d’un garage et l’assemblage d’une route à l’aide de bandes de carton. Antoine a mordu à l’hameçon. Il est le meilleur constructeur de garage du groupe. Est-il enthousiaste à l’heure du bricolage maintenant? Pas de miracle à l’horizon et personne ne s’en inquiète.

Et les parents dans tout cela? Mylène communique également avec eux. Elle préfère toutefois parler de l’habileté qu’elle enseigne à l’enfant, ainsi que des avantages qu’il en retirera. Elle prend soin de présenter plusieurs stratégies qui permettront de pratiquer l’habileté ciblée. Elle est toujours prête à discuter avec les parents des intérêts qu’ils ont perçus chez leurs enfants. D’ailleurs, ce sont les parents d’Antoine qui lui ont mentionné qu’il passait des heures à feuilleter des revues de tracteurs, son oncle étant agriculteur. Les échanges avec les parents sont une grande source d’inspiration lorsque Mylène planifie ses stratégies éducatives.

Quelques repères éducatifs de Mylène.

Le plaisir. Lorsque Mylène constate que le jeu proposé n’est pas source de plaisir pour l’enfant, elle cherche alors un autre chemin pour atteindre son « objectif » (p. ex., favoriser la motricité fine).
Chacun est unique. Mylène, tout comme ses collègues, aimerait bien que tous les enfants réalisent la même activité au même moment. La tâche serait plus simple. Toutefois, en observant bien les enfants, elle constate que pour répondre à cette attente de nature irréaliste, elle doit réaliser des interventions qui vont à l’encontre d’une maxime très chère à ses yeux : « le jeu est source de plaisir ».