Les demandes incessantes des enfants

FacebookTwitterLinkedInPartager
Print Friendly

Ma petite fille Léa m’essouffle à un point tel que j’en arrive parfois à regretter ma décision de rester à la maison pour elle. Trente fois, cent fois par jour, elle crie: «Maman, maman, viens voir. Maman, maman donne-moi ceci, fais cela». Elle me suit partout et m’épuise.

Vous vous sentez harcelée par les demandes variées et combien nombreuses de votre petite qui ne semble jamais satisfaite et en veut toujours plus. Vous tentez de combler ses désirs en répondant à ses appels et, épuisée par les réclamations qui n’en finissent plus, vous en venez à faire la sourde oreille. L’ignorance déclenche cependant une recrudescence des demandes puisque pour l’enfant tout est mieux que l’indifférence.

Comment alors se sortir du cycle des demandes répétitives qui génèrent l’impatience du parent et l’inquiétude de l’enfant qui s’accroche davantage?

  1. Reconnaissez vos limites
    Trop souvent, nous mettons en veilleuse nos besoins personnels pour s’investir totalement dans la parentalité. Nous oublions alors qu’au-delà du parent, nous sommes, avant tout, un être unique avec des besoins qui lui sont propres. L’éducation de nos enfants peut occasionner de la fatigue, de l’inconfort et parfois de l’irritation. Prenez conscience de vos limites et reconnaissez votre besoin de souffler sans culpabiliser. Renoncer, année après année, à ce qu’il y a d’important pour nous amène de la frustration et l’impression d’un sacrifice dont les enfants nous sont redevables. «Quels ingrats, avec tout ce que j’ai fait pour eux!» L’essoufflement du parent indique un besoin, celui d’exprimer ses limites. Lorsque vous sentez l’irritation vous gagner, exprimez clairement à votre enfant votre limite. «Non, je ne joue pas avec toi maintenant, tu attends. J’ai besoin de faire une activité de grande personne; après j’irai te voir.» Peu à peu, les enfants apprendront à tolérer les délais et à reconnaître que, dans la vie, on ne peut avoir tout ce que l’on veut.
  2. L’autonomie, ça se développe!
    Aidez votre enfant à développer son autonomie. Donnez-vous des objectifs simples à réaliser avec votre enfant. Dix minutes de dessin ou autre activité choisie par l’enfant pendant que vous vous permettez un peu de lecture, un bon café, un bain moussant. Félicitez-le: «Tu as trouvé toute seule les couleurs pour ton dessin.» ou «Tu as été capable de réaliser telle ou telle chose toute seule. Je suis fière de ma grande fille.» Augmentez progressivement le temps à jouer seule.
  3. L’importance des câlins
    Passez du temps avec votre enfant juste pour le plaisir d’être ensemble à ne rien faire sauf se bercer, se câliner. Cette dose quotidienne de tendresse est soulignée à l’enfant. «Tu vois, on est si bien ensemble à se dire combien l’on s’aime. C’est notre pause tendresse à nous deux.» En milieu de garde, nous observons des résultats positifs de cette injection d’amour. Derrière les demandes incessantes de l’enfant, il y a un besoin d’attention. La disponibilité complète de l’adulte durant cette pause tendresse rassure l’enfant et répond à son besoin d’attention et d’amour.

Osez déléguer et exprimez votre besoin de souffler et de vous accorder du plaisir, vous le méritez!