Modifier un comportement difficile: Huit stratégies d’enseignement possibles

FacebookTwitterLinkedInPartager
Print Friendly

Linda Gagnon, psychologue et consultante

Février 2016

www.aveclenfant.com

Il faut toujours se rappeler que les jeunes enfants n’ont que parfois 24, 36 ou 48 mois d’expérience sur la terre….c’est si peu pour maîtriser les différentes habiletés leur permettant de vivre en groupe et de gérer leurs différentes émotions.  Notre travail comme éducatrice est de contrer leur manque d’entraînement ou de connaissances des comportements à adopter.

8 STRATÉGIES À PRIVILÉGIER pour enseigner

Les stratégies, qui seront présentées, ont été tirées du document « intervenir avant de réagir : une approche positive intégrée face au comportement de l’enfant en services de garde éducatifs » du Service d’intégration pour jeunes enfants de la ville d’Ottawa[1].

1-Le renforcement positif                                                                                                       2-Enseignement formel                                                                                                           3-Modelage                                                                                                                                 4-Façonnement                                                                                                                         5-Enchaînement rétrograde                                                                                                   6-Incitation/assistance                                                                                                             7-Effacement graduel                                                                                                               8-Redirection

1- Rappel important Le renforcement positif  C’est la plus importante des techniques de modification du comportement.  Cette technique consiste à mentionner à l’enfant notre satisfaction chaque fois qu’il utilise le comportement souhaité.  Elle devrait toujours accompagner les autres techniques.  Il est à noter, qu’il n’est pas toujours nécessaire ou approprié d’effectuer le renforcement verbalement.  Un sourire, un regard, un geste affectueux ou une étreinte est parfois plus efficace puisque l’utilisation de ces moyens évite d’arrêter les activités de l’enfant.

2- Enseignement formel (activités dirigées par l’éducatrice)  Nous organisons, structurons et dirigeons une activité adaptée au niveau d’habileté de l’enfant.  Cette activité peut être également réalisée lors de la routine quotidienne de l’enfant.  Nous essayons de profiter des divers moments de la journée pour mettre en pratique et renforcer l’habileté.

Exemple : Lors de la période d’habillement, deux enfants retardent le groupe parce qu’ils n’apprécient pas se vêtir.  Après de nombreux rappels et moments de frustrations, l’éducatrice décide d’expérimenter « le jeu du pompier qui s’habille rapidement pour aller éteindre un feu ».  Lors la causerie, les enfants s’amusent à faire semblant.  Par la suite, on se pratique dans le vestiaire. 

3- Modelage Nous représentons pour l’enfant un modèle très important de comportements à adopter.  Le modelage, qui constitue un outil puissant d’enseignement de nouveaux comportements, se produit sur une base continuelle.  En nous observant, l’enfant enregistre et tente d’imiter nos faits et gestes.  Nous devons nous-même manifester clairement à l’enfant le comportement attendu.

Exemple : Lors de la période d’habillement, l’éducatrice mentionne qu’elle imite le pompier qui s’habille rapidement.  Elle revêt les vêtements dans l’ordre attendu (pantalon coupe-vent, bottes).  Elle mentionne qu’elle enfilera son manteau, son chapeau et ses mitaines dès que tous les enfants seront habillés.

4- Façonnement  Nous réalisons du façonnement lorsque nous acceptons une approximation de l’habileté ou du comportement recherché et que graduellement nous augmentons nos attentes face à cette habileté ou à ce comportement.  Deux éléments essentiels au processus de façonnement :

  • adapter nos interventions au rythme de l’enfant
  • utiliser un taux élevé de renforcement.                                                                                                                                                                                                                          Exemple : Lors de la période d’habillement, Mathieu collabore très peu. Il est facilement distrait et préfère jouer avec les autres plutôt que d’essayer de revêtir ses différents vêtements extérieurs.  Lorsque l’éducatrice l’aide, il se tortille en maugréant.  Toutefois, il accepte aisément de revêtir son manteau.  À noter qu’il n’essaie pas de remonter sa fermeture éclair.  Son éducatrice décide de le renforcer chaque fois qu’il enfile seul son manteau. Pour les autres morceaux, elle l’aide, sans le disputer.   Elle le renforce, entre autres, en lui offrant un petit message de félicitations lorsqu’il réussit.  Mathieu est très fier de le remettre à ses parents à leur arrivée.  Bientôt, elle augmentera ses attentes en lui demandant de remonter seul sa fermeture éclair, et un peu plus tard d’enfiler son pantalon coupe-vent, etc.                                                                                                                                                         5– Enchaînement rétrograde  Nous réalisons de l’enchaînement rétrograde lorsque nous enseignons une habileté ou un comportement de la fin au début de la séquence habituelle.  Tout d’abord, il faut diviser l’habileté ou le comportement en petites étapes représentant des objectifs facilement réalisables pour l’enfant.  Par la suite, on renforce chaque acquis.

Exemple :   Lors de la période d’habillement, Juliette, bien qu’elle soit capable de s’habiller, se défile.  Son éducatrice décide de l’aider à revêtir l’ensemble de ses vêtements, mais de lui laisser compléter la dernière étape, soit : de remonter sa fermeture éclair.  Elle renforce ce comportement.  Par la suite, elle ajoute l’étape d’enfiler son chapeau. Elle renforce ces deux comportements, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’elle enfile seul le premier morceau, c’est à dire son pantalon coupe-vent.

6-Incitation/assistance « L’incitation/assistance est le processus qui dirige l’attention de l’enfant vers une activité ou une demande[2]. »  Pour cela, nous devons donner à l’enfant un indice et l’appuyer afin qu’il adopte le comportement souhaité.  Voici différents types d’incitation/assistance à utiliser selon l’habileté de l’enfant et son style d’apprentissage.

  • Incitation verbale: transmettre à l’enfant des directives verbales pour l’aider à compléter la demande, p. ex. : « ensuite, mets tes bottes »
  • Incitation gestuelle : utiliser un geste qui rappelle à l’enfant ce qu’il doit faire.
  • Incitation concrète : utiliser un jouet ou un objet afin de faire comprendre à l’enfant le comportement souhaité.
  • Assistance visuelle : pictogrammes, images, séquences d’illustrations qui aident l’enfant à saisir ce qui est attendu.
  • Assistance physique : poser notre main sur la main de l’enfant afin de compléter une tâche, telle que : ramasser des blocs. Il peut également s’agir d’un léger toucher du coude qui guide l’enfant dans la réalisation de la tâche demandée.                                                                                                                                                                                                                                                                                    7- Effacement graduel                                                                                               Lorsque l’enfant adopte les comportements attendus, nous devons peu à peu diminuer les renforcements.  L’effacement graduel consiste à une augmentation intentionnelle du délai ou du nombre de réponses attendues avant d’offrir du renforcement. Il s’agit également de diminuer graduellement le niveau d’incitation/assistance.  On passe de l’incitation physique à l’incitation gestuelle, à l’incitation verbale, jusqu’à aucune forme d’incitation.                                                                                                                                                                                                        8– Redirection                                                                                                                   Nous utilisons la redirection lorsque :
  • nous dirigeons un enfant vers une activité précise,
  • nous favorisons son engagement dans cette activité,
  • nous nous retirons lorsque l’enfant est engagé.

Cette stratégie est efficace auprès des enfants qui : n’arrivent pas à choisir une activité, n’interagissent pas adéquatement ou tardent à s’engager dans la réalisation d’une tâche.

Suggestion de lecture :

Services d’intégration pour jeunes enfants (Ottawa). Intervenir avant de réagir : une approche positive intégrée face au comportement de l’enfant en services de garde éducatifs.  2003

*Pour de l’information ou des copies, (613) 736-1913 ou www.afchildcare.on.ca

[1]  Services d’intégration pour jeunes enfants (Ottawa).  Intervenir avant de réagir : une approche positive intégrée face au comportement de l’enfant en services de garde éducatifs.  2003

[2] WATSON, Luke S., Child behavior modification: a manual for educators, nurses and parents. Permagon Press inc.  New YorK, 1973. dans  Services d’intégration pour jeunes enfants (Ottawa).  Intervenir avant de réagir : une approche positive intégrée face au comportement de l’enfant en services de garde éducatifs.  2003, p.88.