Préparer la venue du bébé

FacebookTwitterLinkedInPartager
Print Friendly

J’attends mon deuxième enfant et j’aimerais préparer mon fils de trois ans à la venue du bébé. Comment dois-je m’y prendre pour faciliter l’adaptation de mon fils?

  1. Annoncer la nouvelle à l’enfant en même temps qu’à son entourage. Des mots doivent être apposés sur cette réalité afin de sécuriser l’enfant qui ressent la fébrilité de sa famille. La nouvelle est dite simplement une fois et réexpliquée à la demande de l’enfant. L’adulte ne doit pas devancer les questions de l’enfant et se perdre dans des explications trop longues ou complexes sur la naissance ou la conception.
  2. Initier des interactions entre le bébé in utero et l’enfant. Les verbalisations de l’enfant au bébé sont valorisées; la voix sera reconnue par le bébé qui entend. Les échanges sont aussi dans le sens de l’intérêt de bébé envers l’enfant: la mère parle à l’enfant au nom du bébé. «Tu sais le bébé entend ta voix et ressent ta main qui caresse mon ventre. Tu as vu il a bougé pour te dire bonjour.»
  3. Favoriser les moments d’intimité entre le père et l’enfant. Le rapprochement entre le père et l’enfant durant la grossesse permet le détachement progressif à la mère. L’enfant invité à faire les emplettes avec papa lorsque maman se repose après l’accouchement participera volontiers si ces routines ont déjà été établies avant la naissance du poupon. L’invitation à râteler des feuilles à l’automne avec papa n’est pas perçue comme un abandon ou un rejet de maman puisque ces moments ont déjà été vécus dans le plaisir. L’enfant retire un sentiment de fierté d’être grand.
  4. Inviter l’enfant à choisir un cadeau qui lui sera offert par le bébé à sa naissance. Le poupon reçoit de nombreux présents. Les visiteurs arrivent à la maison les bras chargés de cadeaux pour le bébé. L’aîné peut envier son cadet. Le cadeau offert symboliquement par le bébé à sa naissance atténue le sentiment de jalousie.
  5. Faire l’achat d’une poupée – nourrisson qui deviendra un objet de transfert après la naissance. L’aîné est déçu de n’être plus le seul objet d’amour. Il peut être en colère contre le bébé qui le détrône. La poupée-nourrisson recevra les critiques, sera couchée, punie. Ce jeu permettra à l’aîné d’exprimer ce qu’il ressent.
  6. Limiter les sources de stress: déménagement, changement de milieu de garde, de lit. Maintenir les routines afin qu’il se sente en sécurité. Si l’enfant doit passer de la bassinette au lit, il est préférable d’initier le changement avant la naissance.
  7. Préparer l’enfant au déroulement de la journée de l’accouchement. Décrire la séquence des événements. Qui gardera l’enfant? Où et combien de temps? Cette préparation se fait à la fin de la grossesse puisque l’enfant vit dans le présent.
  8. Proposer à l’enfant de téléphoner à la mère à l’hôpital et de visiter la pouponnière avec ses parents. L’enfant peut aussi faire un dessin ou un bricolage à la mère pour la chambre d’accouchement. Ainsi, malgré la séparation, l’enfant maintient les liens, la communication et se rassure sur le fait que l’amour continue même dans le changement.
  9. Le guide Info-parents II Vivre en famille de la Collection Parents des Éditions de l’Hôpital Sainte-Justine propose des contes pour enfants et des sites Web qui permettent aux parents de s’informer et d’accompagner leur petit dans l’apprivoisement de cette nouvelle réalité familiale.