Préparer l’enfant à l’école, sans faire l’école!

FacebookTwitterLinkedInPartager
Print Friendly

Josée Lespérance, TÉE

Janvier 2014

www.aveclenfant.com

Mon travail de formatrice me permet de travailler avec plusieurs équipes d’éducatrices. Je constate une préoccupation constante dans les milieux concernant la préparation des enfants à l’école et ce surtout pour les groupes de 4-5 ans. Certains milieux répondent aux désirs des parents en  offrant des cours d’anglais, danse, gymnastique. D’autres, vont jusqu’à placer dans l’horaire des groupes de 4 ans, des périodes de pré-maternelles. L’apprentissage de lettres, chiffres, petits cahiers d’exercices à compléter. Les demandes des parents viennent parfois bousculer les valeurs profondes des éducatrices. L’enfant doit rester le centre de nos préoccupations. Lorsque nos observations nous permettent de croire que l’enfant ne vit pas de plaisir et de succès dans ce qu’il lui est demandé et même parfois imposé sous prétexte de le préparer à l’école, c’est que les exigences proposées, sont des contraintes et des défis trop élevés. L’éducatrice doit se centrer sur les réels besoins des enfants et sensibiliser le parent aux apprentissages de son enfant par le jeu. Les expériences clés sont des outils  qui mettent en valeurs les actions de l’enfant qui seront utiles pour l’école.

Voir les expériences clés, ACCUEILLIR LA PETITE ENFANCE, le programme éducatif des services de garde du Québec. (Mise à jour 2007)

En voici quelques exemples :

  • -Lorsque que l’enfant enfile des boules sur un cordon, range des petits objets dans un contenant, empile des bouchons, ces actions permettront à l’enfant de tenir un crayon avec précision afin de se situer entre deux lignes pour écrire.
  • -Lorsque le milieu met en place un système d’étiquetage  (images/mots) pour identifier le matériel mis à la disposition de l’enfant, il favorise la pré-lecture chez le petit.

-Lorsque l’enfant s’amuse à faire un parcours (sauter, marcher sur une corde, passer en dessous d’une table) ces actions lui permettent de reconnaitre les possibilités de son corps tout en se situant dans l’espace. C’est un pré-requis important pour l’écriture.

  • -Lorsque l’enfant regarde un livre et suit de gauche à droite avec son index le texte écrit, il se prépare à la lecture.
  • -Lorsque l’enfant fait des gâteaux dans le sable et compte le nombre de chandelles représentées par des bouts de bois, il fait des pré-mathématiques.
  • -Lorsque l’enfant joue dans le sable et qu’il transporte des chaudières avec ou sans sable. Ces actions font appels aux poids et mesures.

 

Ces exemples sont peu nombreux mais démontrent que c’est dans le jeu que l’enfant fait ses apprentissages préparatoires à l’école. Pour le parent, il est parfois difficile de voir par de simples gestes tous ce que son enfant  développe. C’est à l’éducatrice de mettre en valeur dans sa planification de ses activités les actions qui seront des  pré-requis  utiles à ses apprentissages scolaires (Les expériences clés).

Le programme éducatif des centres de la petite enfance du Québec nous dit que pour faciliter l’entrée de l’enfant à l’école, le milieu de garde doit lui offrir la possibilité d’acquérir plusieurs attitudes et habiletés qui lui seront utiles pour une rentrée réussie. Voici de quoi il s’agit….

  • -Confiance en soi.
  • -Le goût d’expérimenter.
  • -Exprimer son point de vue.
  • -Une bonne capacité d’attention et de concentration.
  • -La capacité de résoudre des problèmes.
  • -Une bonne motricité globale et fine.
  • -Un langage clair et un vocabulaire étendu.
  • -Une capacité à apprendre de vivre en groupe.
  • -Une possibilité de suivre des routines.
  • -Une capacité de respecter des consignes

Réf: ACCUEILLIR LA PETITE ENFANCE, le programme éducatif des services de garde du Québec. (Mise à jour 2007,  Page 9)

Plusieurs recherches démontrent qu’un milieu de garde de qualité est l’endroit par excellence pour préparer l’enfant à la maternelle. Lorsque celui-ci offre un environnement chaleureux, sécuritaire, où les expériences sont variées.

Dans un contexte scolarisant où l’enfant est exposé à donner une bonne ou une mauvaise  réponse, certains enfants vivront un niveau de stress dont ils peuvent  difficilement contrôler. « L’imposition d’attentes irréalistes au niveau du développement cognitif freine ou ralentit le temps de jeu par des apprentissages prématurés et exige de l’attention au-delà de des capacités du jeune enfant » (Tiré de la formation Attention! Enfants sous tension! Sylvie Bourcier). Les exigences ont un seul but, préparer l’enfant à l’école….

 

Le jeu libre est une source indéfinie d’apprentissage préparatoire à l’école. Il développe les habiletés sociales et langagières, stimule les découvertes, les initiatives, la résolution de problèmes, la capacité de faire des choix. Il laisse place à l’expression de la créativité, la manipulation et  l’exploration. Observer, soutenir, encourager, guider l’enfant et mettre en place du matériel stimulant c’est reconnaitre le jeu comme la voie royale des apprentissages. C’est aussi, respecter le réel besoin de l’enfant en lui donnant  le sentiment d’être capable  de vivre du succès. Est-ce cela, préparer l’enfant à l’école sans faire l’école ????

Voir en annexe : Ce qui est important d’observer chez l’enfant avant l’entrée à la maternelle…

Annexe :

Ce qui est important d’observer chez l’enfant avant l’entrée à la maternelle…

  1. L’enfant est capable de se séparer de ses parents sans angoisse ou d’inhibition.
  2. L’enfant est capable de faire le choix de jeux ou d’activités.
  3. L’enfant est capable d’exprimer ses besoins ou de faire ses demandes.
  4. L’enfant est capable d’exprimer ce qu’il ressent.
  5. L’enfant est capable de prendre soin de ses effets personnels (retrouver ses souliers, son sac à dodo).
  6. L’enfant est capable de s’habiller et de se déshabiller.
  7. L’enfant est capable d’utiliser les toilettes et se laver les mains.
  8. L’enfant est capable de participer à des activités en petit-groupe.
  9. L’enfant est capable d’avoir du lien social avec les autres enfants.
  10. L’enfant est capable d’entrer en contact avec les adultes.
  11. L’enfant est capable d’apporter son aide à un autre enfant.
  12. L’enfant est capable de participer à une conversation (tour de parole, écoute).
  13. L’enfant est capable de contrôler ses élans moteurs (marcher à l’intérieur, s’asseoir pour manger, parler à voix basse lorsque demandé).
  14. L’enfant est capable d’attendre son tour pour obtenir quelque chose (délai raisonnable).
  15. L’enfant fait preuve de coordination visuo-motrice. Par exemple, enfiler des boules sur un cordon, ranger des petits objets dans un contenant, empiler des sous.
  16. L’enfant maîtrise bien le langage oral tant au niveau de la compréhension que l’expression. Il fait des phrases complètes, utilise des mots de liaisons.
  17. L’enfant est capable de reconnaitre des sons identiques (amour, tambour).
  18. L’enfant est capable de s’amuser seul pendant 20 /25minutes.
  19. L’enfant est capable de continuer son jeu, sa tâche malgré les distractions.
  20. L’enfant est capable est capable de suivre une consigne verbale ayant trois éléments ou une série de trois mouvements. Il saura quoi faire en premier, en deuxième et en dernier.
  21. L’enfant est capable de s’orienter dans l’espace. Il saura se diriger  près, loin, à côté, sur, au-dessus, en dessus d’un élément.
  22. L’enfant sait reconnaitre un ensemble d’éléments ayant l’une ou l’autre des caractéristiques suivantes: pareil, différent, plus que, moins que, autant que.
  23. L’enfant est capable de repérer un élément spécifique disposé dans un ensemble d’éléments. Il saura par exemple reconnaitre la maison bleue sur une carte postale illustrant un petit village de maisons colorées en campagne.
  24. L’enfant pose des questions sur divers sujets.
  25. L’enfant est capable d’identifier les effets ou les conséquences d’un geste posé, par exemple un dégât de lait parce qu’il en a trop versé.

À la maternelle, l’enfant  aura l’occasion de développer davantage ses compétences. Il sera dans l’action, faisant des activités ou en réalisant des projets.

Référence: Sylvie, Bourcier, Le grand monde des petits de 0-5ans, mon enfant est-il prêt pour la maternelle. Pages 151, 152,153. Ed du CHU sainte Justine.