Séparation difficile à la garderie

FacebookTwitterLinkedInPartager
Print Friendly

Un papa s’attarde à la pouponnière. Il hésite à partir. Il a les yeux remplis de larmes. Il semble triste. Le bébé pleure. Comment peut-on répondre aux besoins du père et de l’enfant?

L’être humain est un être de langage dès sa naissance. On doit avoir à l’égard du bébé le même respect que l’on a vis-à-vis de l’adulte. L’intervenant doit dire vrai et parler à l’enfant de ce qu’il observe de la réalité immédiate de son monde émotif et ce même au bébé.
Le bébé ressent le ton respectueux de la voix et l’intention rassurante de l’interlocuteur. Les mots deviennent porteurs de sens. L’intervenant s’adresse donc à l’enfant lorsque le parent et l’enfant sont présents ensemble lors des échanges. Les paroles dites au bébé touchent le parent et mettent l’enfant dans la relation.
On doit aussi se demander quels sont les besoins du parent et ceux du bébé dans la situation décrite.

Besoins du parent

  • Besoin d’être compris dans sa difficulté à se séparer de son bébé.
  • Besoin d’être accompagné dans cette séparation passagère.
  • Besoin d’être rassuré par rapport aux soins prodigués dans le milieu à son bébé.

Besoins du bébé

  • Besoin d’être rassuré, de sentir son parent confiant dans la qualité des soins et surtout des relations qui règnent dans le milieu de garde.
  • Besoin d’être rassuré face à la continuité des soins, soins à la maison prolongés et reproduits en milieu de garde.
  • Besoin de sentir l’intervenant confiant, rassurant, calme et respectueux avec son parent qui demeure le pilier de sa sécurité affective.

L’intervenant peut donc dire au bébé dans les bras de son papa:
«Ton papa est triste comme toi. Il trouve ça difficile de partir travailler et de te confier à moi. Tu sais, c’est nouveau la garderie. Si tu veux on va l’aider à te dire au revoir. Tu vois je te tends les bras et je vais te prendre aussi longtemps que tu en auras besoin

On peut demander au parent, lorsqu’il se sent prêt, de nous confier le bébé dans nos bras. Il faut éviter de saisir le bébé. La transmission de la responsabilité doit être faite doucement et non à l’arraché. Le bébé sait alors que papa a confiance, se rassure et est capable de créer des liens positifs avec son éducatrice.