Mon éducatrice est en vacances, mais pas moi

FacebookTwitterLinkedInPartager

Comment pouvons-nous préparer le tout-petit au personnel de remplacement durant les vacances de son éducatrice ?

Les mois de l’été apportent souvent un vent de changement dans nos CPE. Les routines, les activités, les vacances des enfants ainsi que celles des éducatrices font partie des modifications durant la période estivale. Le fonctionnement habituel des moments de vie dans le milieu se voit donc transformé par des jeux et des routines à l’extérieur et accompagné par du personnel de remplacement. Le petit doit s’adapter à un nouvel horaire quelque peu bousculé et à une nouvelle éducatrice. Plus l’enfant est jeune plus il a besoin d’être préparé aux changements. Le tout-petit doit être capable d’anticiper les événements pour développer un sentiment de sécurité dans son milieu. Il va se sécuriser peu à peu par les mots qui annoncent ce qui se passe et ce qui va se passer après. Rétablir les rituels dans les routines, maintenir le maximum de stabilité dans son environnement physique et humain est donc capitale. L’équilibre des différents moments de la journée permettra au petit de liquider ses tensions dans les jeux moteurs. Lorsqu’il est sécurisé de ce qui est à l’extérieur de lui, il est alors plus facile de sécuriser son intérieur. Il peut mieux accepter les changements. Il est donc très important de le préparer à vivre un été chaud de plaisirs et de changements. Voici quelques trucs pour aider notre petit à mieux accepter les chambardements que les vacances procurent.

  • Impliquez la nouvelle personne dans vos activités de stimulation avec le petit. L’enfant développera plus facilement un lien avec la personne par le biais du jeu.
  • Invitez la personne de remplacement à vous accompagner dans l’exercices de vos tâches, pour permettre au petit de se familiariser et faciliter le maintien de vos routines par cette nouvelle personne.
  • Respectez le rythme de l’enfant qui désire créer un lien à distance. Parlez lui tout en gardant la distance acceptable pour le petit.
  • Parlez à l’enfant de cette personne lors de son absence en lui présentant des photos de celle-ci.
  • Avisez et présentez cette nouvelle personne aux parents. Ce qui permettra également au parent de l’enfant de s’adapter et de parler de la nouvelle éducatrice à son enfant.
  • Offrez des périodes de prises en charge graduelles sans votre présence à cette nouvelle personne.
  • Ayez des photos affichées qui représentent des activités faites avec l’enfant et son l’éducatrice. De cette façon l’enfant peut se repérer à une personne significative. L’éducatrice remplaçante peut-même jouer à nommer les actions de chacune des photos.
  • Vous pouvez jouer à enregistrer votre voix en chantant des chansons pour le dodo.
  • Facilitez l’adaptation de l’enfant en choisissant une personne qui fait soit la rotation ou les remplacements dans votre CPE. Pour le petit cette figure ne lui est pas étrangère, il acceptera plus facilement de créer des liens avec la personne.
  • Assurez vous que la remplaçante reconnaisse les besoins de chacun des enfants par exemple la façon de le coucher, les jeux qu’il aime. etc

L’été est une période bien agréable pour tous, même pour le petit !! Il n’est pas toujours nécessaire de s’astreindre à un programme d’activités fixes. Ayez en tête que le petit et la remplaçante le simple fait d’être plus à l’extérieur dans un environnement qu’ils maîtrisent et de s’adapter l’un à l’autre leur feront déjà vivre un été chaud en émotions et rempli de petits plaisirs estivals!!

Maintenant que tout est mis en place pour mon adaptation pour l’été, il me reste plus qu’à souhaiter bonnes vacances à mon éducatrice préférée!!!
Signé : un enfant de 2 ans.

Quizz Quel est votre style… d’intervention?

Par Marie-Pascale Deegan, Travailleuse sociale, M. Sc.

Octobre 2014

www.aveclenfant.com

 

Vous êtes éducatrice? Vous savez sans doute que vous êtes tenue d’adopter un style d’intervention démocratique dans votre travail avec les enfants. Ce mode d’intervention qui est décrit dans le programme éducatif Accueillir la petite enfance en vigueur dans les services de garde éducatifs du Québec est prescrit par la loi.

Dans les faits, êtes-vous certaine d’adopter un style d’intervention démocratique au quotidien?

Osez le quizz!

Peut-être pensez-vous n’avoir rien à apprendre au sujet de l’approche démocratique que vous estimez bien maîtriser?

Avant de poursuivre votre lecture – ou pire, de l’interrompre! -, complétez ce quizz. Sait-on jamais… L’exercice, qui vise à vous amener à faire une réflexion sur vos pratiques, pourrait vous faire prendre conscience que la limite entre les différents styles d’intervention est moins nette qu’elle ne le semble au premier abord.

Choisissez le plus honnêtement possible les énoncés qui représentent le mieux vos croyances, valeurs, attitudes et pratiques professionnelles dans le contexte de votre travail d’éducatrice. Vous devez choisir un seul énoncé pour chaque section (A, B ou C).

1-Dans votre local, qui mène?

  1. A) Les parents me confient la responsabilité de leurs enfants. Ils me font confiance car je suis une éducatrice qualifiée. Il est de mon devoir de veiller à leur santé, à leur bien-être, à leur sécurité et à leur développement. Pour assumer correctement ces responsabilités, il est normal que ce soit moi qui prenne la majorité des décisions lorsque je suis en charge des enfants.
  2. B) Mes observations me permettent de planifier des contextes éducatifs – un aménagement, du matériel de jeu, des interventions directes auprès des enfants, etc. – adaptés aux besoins des enfants, à leur développement et à leurs intérêts. Bien que je sois le capitaine à bord, au cours de la journée, les enfants participent à certaines décisions et ont de nombreuses possibilités de prendre des initiatives et de faire des choix.
  3. C) Le programme éducatif Accueillir la petite enfance stipule que « les enfants sont les premiers agents de leur développement » et je suis en accord avec cet énoncé. C’est pourquoi j’estime que ce sont eux qui doivent prendre la majorité des décisions qui les concernent.

Ma réponse

 

 

2-Quel est votre rôle auprès des enfants?

  1. A) Lorsque les enfants jouent, je dois demeurer présente et disponible pour répondre à leurs demandes et les aider en cas de besoin. De plus, lorsque la dynamique de groupe se détériore ou lorsqu’un enfant se met en danger, c’est mon rôle d’intervenir pour restaurer la sécurité, le calme et l’ordre.
  2. B) Les adultes possèdent des connaissances cumulées tout au long de leur vie dont ils se doivent de faire profiter les enfants. En tant qu’éducatrice, je dois faire preuve de patience lorsque je joue mon rôle auprès des enfants, soit celui de leur faire faire des activités variées, de leur apprendre de nouvelles choses et de leur montrer comment atteindre un résultat, à l’aide de consignes simples et d’explications claires.
  3. C) Pendant que les enfants jouent, mon rôle d’éducatrice est de les observer pour déterminer où ils se situent dans leur développement, pour identifier leurs besoins et pour mieux connaître leurs intérêts. De plus, je fais de l’étayage, c’est-à-dire que je pose des gestes qui visent à ce que les enfants puissent progresser dans leur développement.

Ma réponse

 

 

3-Comment planifiez-vous vos interventions?

  1. A) Un programme d’activités de qualité comporte des objectifs clairs. Afin de veiller à ce que les activités proposées aux enfants soient réellement éducatives, je m’assure de déterminer d’avance quelles activités seront offertes aux enfants et quels objectifs les enfants devront atteindre, toujours en s’amusant, en y participant.
  2. B) Ma planification, qui découle de mes observations, me permet de proposer des contextes d’apprentissages adaptés aux enfants de mon groupe. Dans l’horaire quotidien, je veille à faire une place importante aux jeux libres des enfants. Les intentions pédagogiques dont je me dote me permettent de saisir les occasions de soutenir le développement de chaque enfant au moment où elles se présentent, par exemple, au cours d’un jeu initié par lui.
  3. C) L’enfant apprend par le jeu. C’est pourquoi, en dehors des périodes de routines et de transitions, les enfants – qui débordent d’imagination et ne se lassent jamais de jouer – peuvent s’adonner librement aux jeux qui suscitent leur intérêt. Puisque c’est aux enfants de choisir à quoi ils joueront, je n’ai que très peu de planification à faire.

Ma réponse

 

 

4-Quelles sont vos valeurs éducatives?

  1. A) On entend souvent dire qu’« on ne fait pas pousser une fleur en tirant dessus ». Le même principe s’applique aux enfants. On ne développe pas un enfant, c’est l’enfant qui apprend et se développe en interagissant avec tout ce qui se trouve dans son environnement. Permettre aux enfants de mon groupe de se développer en expérimentant eux-mêmes des actions diversifiées – tout particulièrement dans un contexte de jeux libres – est au cœur de mon rôle professionnel.
  2. B) « Le jeu est le travail de l’enfant » (Jean Château) et la précieuse période de l’enfance ne dure qu’un court laps de temps. En tant qu’éducatrice, le jeu de l’enfant est tout au sommet de mon échelle de valeurs professionnelles. Laissons jouer les enfants!
  3. C) Selon le célèbre proverbe, « c’est en forgeant, qu’on devient forgeron ». En d’autres mots, les enfants ont besoin de pratique afin d’atteindre les objectifs visés par les activités proposées. Je comprends que la répétition est essentielle pour l’enfant. C’est pourquoi, comme éducatrice, je stimule son développement en lui faisant faire le même type d’exercices aussi souvent que nécessaire.

Ma réponse

 

 

5-Comment réagissez-vous aux problèmes et conflits vécus par les enfants?

  1. A) Il serait irresponsable de ma part de permettre à un enfant de demeurer impuni lorsqu’il enfreint une règle, lorsqu’il dérange, lorsqu’il blesse un autre enfant ou lorsqu’il manque de respect envers un camarade ou envers moi.
  2. B) Tout dépend de la situation. Des fois, la meilleure stratégie à adopter quand un enfant désobéit ou quand deux enfants vivent un conflit est d’ignorer la scène. Dans d’autres circonstances, une punition s’impose. Enfin, il est parfois plus judicieux de chercher des solutions appropriées avec les enfants concernés.
  3. C) Lorsqu’un enfant commet une erreur, lorsqu’il enfreint une règle ou lorsqu’il vit un conflit avec un autre enfant, mon rôle est – autant que possible – de lui permettre de comprendre et de résoudre le problème ou le conflit, en respectant son niveau de développement et en l’assistant au besoin.

Ma réponse

 

 

L’exercice a-t-il été plus ardu que prévu? Chacun des énoncés ne faisait-il pas écho, du moins en partie, à certaines de vos croyances et valeurs ou à certaines expériences scolaires ou familiales de votre enfance? Vous êtes-vous aperçue que vous pouviez parfois vous reconnaître dans plus d’un énoncé par section?

Pourtant, bien que ce quizz n’ait pas de valeur scientifique, il s’appuie sur la définition des trois principaux styles d’intervention présentés dans le programme éducatif – soit les styles permissif, démocratique et directif (ou autoritaire) – et seul un énoncé par section correspond, dans sa totalité, au style démocratique préconisé dans ce cadre.

Oh! Je ne voudrais pas vous laisser sur votre faim! Voici comment interpréter vos résultats1.

Vous adoptez un style directif lorsque :

  1. Vous détenez le pouvoir la plupart du temps. (A)
  2. Vous estimez qu’au cours des activités des enfants votre rôle est avant tout de donner des consignes, des directives et des explications aux enfants. (B)
  3. Vous articulez votre programme d’activités autour d’objectifs d’apprentissage que les enfants de votre groupe devraient atteindre, selon vous. (A)
  4. Vous valorisez les exercices d’apprentissage et la stimulation. (C)
  5. Vous faites appel aux punitions comme stratégie de gestion de votre groupe. (A)

Vous êtes plutôt de style permissif quand :

  1. Dans votre local, ce sont les enfants qui mènent la plupart du temps. (C)
  2. Vous considérez que pendant que les enfants jouent, votre rôle est généralement de répondre aux demandes des enfants et de restaurer l’ordre au besoin. (A)
  3. Votre planification consiste essentiellement à laisser les enfants jouer librement avec le matériel à leur disposition dans le local. (C)
  4. Le jeu de l’enfant est tout au sommet de votre échelle de valeurs éducatives. (B)
  5. Selon une logique peu prévisible, vous passez d’une stratégie à une autre pour résoudre les problèmes et les conflits (par exemple de la punition à l’accompagnement de l’enfant dans sa résolution de conflits). (B)

Enfin, vous adoptez le style d’intervention démocratique lorsque :

  1. Vous partagez le pouvoir avec les enfants de votre groupe, en faisant la part des choses entre les choix et responsabilités qui reviennent à chacun. (B)
  2. Au cours des jeux des enfants, vous observez leur développement dans ses différentes dimensions, leurs besoins et leurs intérêts et que vous faites de l’étayage, c’est-à-dire que vous intervenez – avec parcimonie – de façon directe ou indirecte avec pour intention d’offrir aux enfants des opportunités, bien adaptées, de progresser dans leur développement. (C)
  3. Vous planifiez des contextes d’apprentissage – un horaire, un aménagement, du matériel de jeu, des stratégies d’interventions, etc. – en lien direct avec vos observations. Ainsi, votre planification vise à répondre aux besoins des enfants de votre groupe, elle favorise la réalisation de vos intentions pédagogiques et elle tient compte des intérêts des enfants. De plus, elle reflète certains choix des enfants et elle leur offre une souplesse suffisante pour leur permettre de prendre de nombreuses initiatives. (B)
  4. Vous valorisez l’apprentissage actif de l’enfant et vous savez que le contexte de jeu libre y est particulièrement favorable. Vous savez que c’est l’enfant qui est le premier agent de son développement et que vous jouez un rôle clé dans son développement en veillant à ce que les conditions dans lesquelles il vit ses expériences soient optimales. (A)
  5. Vous accompagnez les enfants dans un processus de résolution de problèmes ou de résolution de conflits lorsque nécessaire, tout en vous ajustant à la situation et au niveau de développement des enfants concernés. (C)

Félicitations! Il s’agit du style d’intervention dont les effets sur le développement de l’enfant et sa préparation à l’école sont les plus remarquables! L’idéal est de faire preuve de constance en l’adoptant au quotidien.

Concrètement, comment l’approche démocratique se traduit-elle? Quels sont les avantages de ce mode d’intervention?Dans un prochain article, les différentes composantes des styles d’intervention démocratique, directif et permissif seront illustrés à l’aide d’exemples concrets éloquents. De plus, les avantages et inconvénients de chacun pour le développement de l’enfant seront dégagés. Soyez à l’affût!

Félicitations! Il s’agit du style d’intervention dont les effets sur le développement de l’enfant et sa préparation à l’école sont les plus remarquables! L’idéal est de faire preuve de constance en l’adoptant au quotidien.

Concrètement, comment l’approche démocratique se traduit-elle? Quels sont les avantages de ce mode d’intervention? Dans un prochain article, les différentes composantes des styles d’intervention démocratique, directif et permissif seront illustrés à l’aide d’exemples concrets éloquents. De plus, les avantages et inconvénients de chacun pour le développement de l’enfant seront dégagés. Soyez à l’affût!

En plus d’être travailleuse sociale (M. Sc.), Marie-Pascale Deegan est agente de recherche et d’intervention au Regroupement des centres de la petite enfance de l’île de Montréal depuis près de cinq ans. Elle est également formatrice accréditée dans le cadre de la campagne nationale BRIO qui vise une meilleure appropriation du programme éducatif Accueillir la petite enfance. Elle a été éducatrice en CPE et halte-garderie communautaire entre 1998 et 2009.

Sources:

Association québécoise des CPE, Duval, S. et Bouchard, C. (2014). Recension des écrits, Le processus d’intervention éducative en services de garde éducatifs, 21 pages. Cette recension des écrits fait partie intégrante du cartable «L’intervention éducative, Formation à l’intention des éducatrices et RSG, Guide de la formatrice », de BRIO, la campagne nationale de perfectionnement sur le programme éducatif, phase III.

Ministère de la Famille et des Aînés (2007). Accueillir la petite enfance, Le programme éducatif des services de garde du Québec, Mise à jour, 94 pages.

Regroupement des centres de la petite enfance de l’île de Montréal, Perriot, K., Lemieux, M.-F. et Gamache, J. (2013).Lexique en petite enfance, 2e édition (revue et augmentée), 66 pages.

[1] Les caractéristiques des trois styles d’intervention présentées dans le texte sont fortement inspirées du tableau de la page 37 du programme Accueillir la petite enfance (MFA, 2007), dont la source originale est M. Hohmann et autres,op. cit., p.43.