Une présence rassurante, antidote au stress !

FacebookTwitterLinkedInPartager

Une présence rassurante, antidote au stress !

La proximité physique, moyen pour réduire le stress chez l’enfant.

La vie en milieu de garde est sans contredit un lieu ou l’enfant apprend à vivre le quotidien en groupe tout en faisant des apprentissages, des contacts avec les autres dans le respect et le plaisir. Il est également exposé à gérer ses frustrations, ses interdits, à suivre des consignes et une structure imposées par son éducatrice. Dans ce contexte de groupe, l’enfant est exposé à des tensions et ce, plusieurs heures par jour. L’environnement physique est une source de stress importante, dont nous avons parlé dans le texte précédent. Quand le groupe d’enfants devient une source de stress : Les sources de stress dans l’environnement).

L’environnement humain, la présence et la disponibilité de l’éducatrice peut aussi être un facteur stressant chez l’enfant. Les interventions utilisées, la programmation des activités, l’approche de l’éducatrice, le temps accordé à chacun des enfants ainsi que les attitudes de l’adulte en présence sont des façons de rassurer l’enfant en lui permettant de grandir en harmonie avec son milieu de vie.

Annette, éducatrice des 3 ans a su mettre en place des moyens pour réduire le stress dans son groupe de petites Tornades. En effet, cette année, Annette a observé chez ses amis(es) beaucoup de stress qui se manifestait par différents comportements. Difficulté de garder l’attention, des cris et des pleurs devant un défi trop grand, demandes constantes des enfants à être accompagné de l’adulte, des enfants qui n’arrivent pas à faire leur place au sein du groupe. Une cacophonie constante qui nuit au plein épanouissement des enfants.

Annette a travaillé dans un premier temps ses consignes. Par exemple, nommer clairement ses attentes, aviser le groupe de la prochaine activité quelques minutes à l’avance. Tout en prenant le temps d’informer personnellement avant les autres l’enfant plus insécure face aux changements. De cette façon, elle évite qu’il se désorganise et stress le groupe.

Maintenant, ses interventions ne se font plus à distance. Par exemple, elle reprend un comportement inacceptable à proximité de l’enfant. Ce qui évite qu’il soit étiqueté par le groupe et par le fait même elle protège son intégrité. De plus, de cette façon elle permet aux autres enfants de garder leur concentration au jeu. Par contre, elle trouve pertinent de nommer devant le groupe les actions des enfants qui peuvent être une source de danger. Intervenir pour la sécurité est important de le faire à distance afin de sensibiliser le groupe. Également, féliciter et encourager les bons coups d’un enfant influence à reproduire le modèle et permet de mettre en valeur les compétences attendues.

Sa programmation des activités est plus adaptée au groupe, elle demande davantage la participation des enfants dans la préparation et la mise en place de ses idées. Les activités sont plus ouvertes, ce qui permet à chacun de relever des défis à sa mesure.

Annette, prend un moment dans la journée pour être seul avec l’enfant qu’elle appelle PETITS DÉLICES À PARTAGER. Ce temps, qu’elle prend avec l’enfant est planifié dans l’horaire. Cette intimité est respectée de tous, sachant très bien que leur tour viendra.

Annette s’implique de plus en plus dans les jeux des enfants tout en restant un adulte, elle s’intéresse et pose des questions ouvertes. Elle constate qu’elle prend beaucoup plus de temps à partager le plaisir de l’enfant, sa simple présence rassure et diminue les tensions au sein du groupe.

Le sens de l’humour réduit le stress et permet de dédramatiser. Annette n’hésite pas à faire rire, à changer l’usage, puis l’appellation des objets avec eux et imaginer des associations rigolotes. Ainsi, les petites Tornades peuvent devenir ses « Tornicotis Tornicotas … » ce qui provoque le rire chez ses amis(es).

Annette voit dans les changements apportés, des visages moins tendus, des enfants mieux intégrés, de l’autonomie pour résoudre des conflits mais surtout des rires et du plaisir qui rassurent une éducatrice.

Josée Lespérance
Enseignante en TEE