Faut-il s’oublier pour répondre aux besoins des enfants ?

FacebookTwitterLinkedInPartager

Mathilde 4 ans et Émile 2 ans vivent dans une famille nucléaire. Les deux parents sont dans la trentaine et travaillent à l’extérieur. Les enfants vont au CPE 4 jours semaine et sont à la maison avec maman le vendredi. Comme toute jeune famille, il est parfois difficile de concilier les obligations et la vie de famille. Les parents de Mathilde et Émile se questionnent sur la façon de répondre aux besoins de leurs enfants ? Doivent-ils s’oublier comme adulte ? Comment bien répondre aux besoins de leurs enfants ?

Faire le choix d’avoir des enfants est dans un premier temps d’accepter d’aborder la vie au quotidien d’une autre façon. Les changements qu’impose la venue d’un enfant sont parfois difficiles à assumer pour le parent. En effet, ce petit être à peine d’une semaine bouleverse de nombreuses habitudes qui déstabilisent la vie des deux adultes. Les nuits de sommeil écourtées, les inquiétudes face à des situations inconnues, les remises en question dans leur nouveau rôle et les multiples conseils de l’entourage sont des préoccupations pour le parent en apprentissage. L’enfant devient alors leur meilleur guide à condition que l’adulte soit capable de reconnaitre les besoins de son tout-petit.

Se questionner, se préoccuper, s’inquiéter est une preuve d’amour envers son enfant. Je t’aime assez pour répondre du mieux que je peux à ce qui est bien pour toi. Chacun le fait avec son bagage d’expérience et son héritage familial. Parfois, notre enfant nous demandent plus, ce PLUS est la capacité comme adulte de saisir les propres besoins de son enfant et faire abstraction aux siens.
Avoir du cœur et du gros bon sens prend alors beaucoup d’importance, mais quel défi pour le parent à devenir. Notre enfant nous fait souvent revivre notre enfance, partir de nous, de nos valeurs, de ce que nous sommes. Supporter, confronter et éduquer à la fois notre tout-petit demande beaucoup à l’adulte. Pour y arriver, il faut mettre du temps, de l’énergie et parfois même s’oublier pour mieux encadrer et sécuriser notre petit. S’oublier dans le sens de prioriser l’enfant avant nos propres besoins d’adulte, de garder la priorité sur l’enfant malgré la vie tumultueuse; ce qui veut dire, faire des choix en fonction de notre famille (papa, maman, Mathilde et Émile). Être attentif aux changements d’attitudes ou comportements qui nuisent au développement de nos enfants et apporter les changements nécessaires au quotidien. Être capable de mettre nos limites pour le bien-être de nos petits. Nous refusons les soupers à l’extérieur le dimanche soir pour coucher les enfants plus tôt. Apporter des changements dans nos activités (sorties, cercle d’amis, voyage, visites des familles). En visite par exemple, nous arrivons et partons plus tôt maintenant que nous avons des enfants. Lorsqu’il y a une fête, nous prévoyons le nécessaire pour coucher nos enfants et profiter de la fête entre adultes.

Les parents de Mathilde et Émile sont des parents aimants et veulent le bien de leur progéniture. L’environnement de leurs enfants est très familial, des visites chez mamie, des soupers entre amis(es), fêtes et des activités sont fréquentes dans la vie de Mathilde et de Émile. Lors de ces rencontres, les parents peuvent observer que les enfants sont animés par des adultes qui répondent aux idées les plus farfelus des deux petits. L’intérêt des rencontres est orienté en grande partie sur les deux enfants. Malgré les airs de fêtes autour d’eux, les parents de Mathilde et Émile reconnaissent leurs besoins. Ils sont sensibles aux signes de fatigue, s’assurent que les enfants mangent bien même avec la présence de Mamie, voient à la sécurité et à l’hygiène de leurs petits et prennent en charge l’heure du dodo avant que les enfants soient trop fatigués et manifestent des comportements pour le démontrer (cris, pleurs, jeux dangereux, se roule sur le plancher pour démontrer sa fatigue). En agissant ainsi, Mathilde et Émile reconnaissent qu’ils sont importants aux yeux de leurs parents. En répondant aux besoins de bases, le parent sensibilise l’enfant à ses propres besoins. Ainsi, plus vieux l’enfant sait ce qui est bon pour lui et a les moyens d’y répondre. En exerçant la routine du dodo même pendant une rencontre en famille ou entre amis (es), l’enfant apprend à vivre la séparation et développe ainsi son autonomie affective. De plus, Mathilde et Émile comprennent la place qu’il occupe dans la famille auprès d’adultes. Après avoir pris du temps à jouer avec Mamie, Dady, Tante Lyne et oncle Daniel il est l’heure pour les adultes maintenant. Il est certain, que le dodo peut-être un peu plus tard afin de laisser les enfants profiter de la visite de Mamie tout en expliquant que ce soir c’est spécial. L’important est que l’enfant prenne conscience qu’il est au cœur des préoccupations de son parent même en situation particulière.

Répondre aux besoins des ses enfants s’est aussi s’obliger comme parent à prendre du temps pour soi sans la présence des enfants. C’est un défi pour toute jeune famille !!!

Les bons coups dans les milieux en 2006

Pour commencer la nouvelle année, j’ai pensé vous faire connaitre les découvertes que j’ai faites en 2006 dans les milieux. J’ai vu et entendu beaucoup de belles et bonnes choses qui se font dans les CPE des régions de Laval et Lanaudière. Le travail d’éducatrice est trop souvent peu valorisé pour que je passe sous le silence ce que j’ai pu observer durant la dernière année. Malgré le vent de changement dans le monde de la petite enfance, plusieurs éducatrices ont réussi à garder quand même le cap sur les tout-petits. En se souciant de leur développement et leur stimulation, elles ont su mettre en place des outils pour mieux intervenir et rendre le milieu plus sécuritaire. Des moyens créatifs, ingénieux et peu couteux ont été mis en place pour répondre aux besoins des enfants. Les bons coups sont ceux dont j’ai eu l’occasion de voir lors de mes supervisions de stage, mes formations et de mes rencontres avec les éducatrices de différents milieux de garde. Il est certain, que bien d’autres belles choses se font dans nos milieux au Québec dont je n’ai pas eu l’occasion de visiter. Notre site est une belle façon de faire un clin d’œil sur vos bons coups. Je vous invite donc, à nous faire parvenir vos idées, vos moyens, vos projets pour en faire bénéficier d’autres éducatrices. L’ouverture à ce qui ce fait ailleurs repousse nos limites, valorise l’auteur dans ses idées et permet à l’enfant de se développer dans le plaisir. En voici donc des exemples.

1. J’ai eu l’occasion de voir dans un milieu de la région de Lanaudière une stagiaire qui avait développé un outil pour la résolution de problème avec un groupe de 4 ans. Elle avait accrochée après une ganse de son pantalon des petites cartes (un jeu de 4 petites images) qui suggéraient à l’enfant en conflit des solutions. De cette façon, elle permet à l’enfant de vivre de la réussite dans des situations plus difficiles, de faire des choix qui lui convient, de développer l’autonomie, d’utiliser la parole au lieu des coups. L’expérience a été un succès. Cet outil, peut être d’une grande utilité au parc ou dans la cour lorsqu’il a beaucoup d’enfants. Il n’est pas toujours facile de tout voir, ce trousseau de cartes permet à l’enfant d’aller vers l’adulte et trouver lui-même des solutions. Une idée d’Émilie Hallé stage 2 Cégep l’Assomption.

Les_bons_coups_dans_les_milieux1 Les_bons_coups_dans_les_milieux2

Les_bons_coups_dans_les_milieux3

2. Une belle faço n de rééquilibrer les énergie s avec ce jeu d’éponges. En effet, une éducatrice a développé une façon de recentrer l’enfant sur lui après une grande décharge énergétique. Le matériel est facile à trouver, un p lat de plastique transparent et des petits carrés d’éponges. Elle fait quelques trous sur le couvercle et place dans le contenant des petits carrés d’éponges. Le jeu consiste à vider le contenu, remettre le couvercle et incérer les petits morceaux d’éponges dans le contenant par les petits trous du couvercle. Un bel exercice de motricité fine qui demande beaucoup de dextérité manuelle et de concentration. Une idée du CPE Gamin Gamine à Terrebonne

Les_bons_coups_dans_les_milieux4

 

3. Une éducatrice qui remplace les pauses au CPE Gamin Gamine a trouvé une façon bien à elle d’être significative auprès des enfants. Elle arrive toujours avec sa boîte à chansons. La boîte contient plus d’une cinquantaine de petites cartes sur lesquelles on y retrouve un titre et un dessin qui représente la chanson. Même si elle est seulement 20 à 30 minutes avec le groupe elle en profite pour chanter. Cet outil lui permet de vivre des bons moments en peu de temps avec les enfants.

Les_bons_coups_dans_les_milieux5

4. Tout simple, mais plein de sens. Des couvercles de jus congelé transformés en couvercles sensoriels… C’est une éducatrice à la pouponnière au CPE G amin Gamine qui a eu cette merveilleuse idée pour stimuler la découverte et l’exploration du tout-petit.

Les_bons_coups_dans_les_milieux6

5. Un jeu d’association bien spécial. En effet, des formes de boutons reproduites sur un carton et un petit contenant avec les boutons. Le jeu consiste à replacer le bouton sur la bonne forme. Ce jeu peut faire patienter avant le repas ou permettre aux enfants qui ont terminé une activité de jouer à ce jeu en toute sécurité sans l’aide de l’adulte. Une ingéniosité du CPE Gamin Gamine à Terrebonne.

Les_bons_coups_dans_les_milieux76. Voilà un outil de langage très pertinent réalisé par le CPE Gamin Gamine à Terrebonne. À l’aide de couvercles de jus congelé, mettre des images différentes des deux côtés. Une canne à pêche jouet ou simplement un bâton avec corde et aimant pour facilité la prise. Le jeu consiste à pêcher un couvercle et de nommer l’image. Plusieurs variantes possibles peuvent rendre ce jeu stimulant. Par exemple, faire une histoire avec les couvercles, un jeu de loto avec deux images pareilles à attraper, mettre les photos des enfants sur les couvercles de jus et en faire une histoire rigolote.

7. Une éducatrice eLes_bons_coups_dans_les_milieux8n milieu familial a développé un coin grand avec très peu d’espace. Le groupe d’enfants était constitué de 4 bébés de 15, 17 et deux enfants 18 mois et un grand ami de 3 ans 1/2. Les journées pour le plus vieuxétaient de plus en plus difficiles pour lui. En effet, il n’arrivait pas à se concentrer sans qu’un petit explorateur s’improvise dans ses jeux. La réaction était automatique des
cris et des pleurs suivis même parfois par des coups portés sur le petit. Les interventions négatives se multipliaient. Devant une telle situation, l’éducatrice a eu la bonne idée de créer un coin grand en hauteur. Un simple comptoir de cuisine avec armoire intégrée sur le côté et une espace en dessous pour y mettre un caisson à trois tiroirs. Une chaise style bistro pour permettre à l’enfant d’être plus haut pour bricoler, faire des jeux de table, du dessin des lego et bien d’autres choses. À vous de faire l’expérience. Une idée de Julie Perreault dont le service de garde en milieu familial est situé à Mascouche.

Les_bons_coups_dans_les_milieux98.Le CPE La Marmaille de Laval a trouvé une façon bien à eux de gérer les arrivées et les départs. À l’aide d’une plaquette métallique et de petites bandes aimantées où le nom de l’enfant est inscrit l’éducatrice peut mieux assurer la sécurité des enfants. Chacune des bandes est placée à l’endos de la plaquette, lorsque le parent arrive au service de garde le matin il met le nom de son enfant sur le dessus de la plaquette pour signaler sa présence. Lorsqu’il quitte le soir, il replace la bande aimantée à l’endos de la plaquette pour aviser de son départ. Cette façon de fonctionner évite bien des soucis pour les éducatrices et implique le parent à la sécurité de son enfant.

 

En espérant vous avoir fait partager mes trouvailles et susciter chez vous de l’intérêt.
Notre objectif est de favoriser du temps de qualité et ce dans le plaisir.